Élisé – ou les déboires de la réanimation

Lors de nos 2 premières journées d’externat, nous avions plusieurs intervenants qui venaient nous parler de la vie de l’externe, et surtout, de comment se conduire en tant qu’externe.

Un des médecins spécialistes en réanimation cardio-respiratoire (RCR pour les intimes) est là pour nous entretenir de notre rôle en cas de code. Un code, c’est quand un patient arrête… de vivre, ni plus ni moins, et que bien des gens se mettent à courir pour lui redonner la vie. Right ?

Il décide de débuter son cours en faisant un peu l’histoire du RCR, et voici le plus vieux texte qui parle de réanimation (ben oui, ca vient de la Bible, imaginez) :

 » Lorsqu’Elisée entra dans la maison, vit que l’enfant était mort, couché sur son lit. Elisée entra et ferma la porte sur eux deux, et il pria l’Eternel. Il monta et se coucha sur l’enfant; il mit sa bouche sur sa bouche, ses yeux sur ses yeux, ses mains sur ses mains, et il s’étendit sur lui. Et la chair de l’enfant se réchauffa. Elisée s’éloigna, alla çà et là par la maison, puis remonta et s’étendit sur l’enfant. Et l’enfant éternua sept fois, et il ouvrit les yeux. « 

[Dr RCR] – Je trouve que ca décrit très bien ce que vous allez faire pendant vos années d’externat. Prier l’Éternel, bien entendu. Parce que quand vous allez voir vos premiers codes, vous allez tellement être nerveux que vous saurez pas quoi faire d’autre…

C’est ce qu’on appelle être réaliste !

Enchantée, mon nom est Marie…
iv.jpg Cette même journée, on a eu l’occasion de pratiquer quelques techniques. Enfin de l’action !! On a eu à installer un cathéter veineux, un tube naso-gastrique, et un cathéter urinaire, much fun !

Les patients que nous avions à piquer n’étaient en fait que des parties de bras et de main en plastique dans lesquels ils faisaient passer du faux sang… Je me suis retrouvée en équipe avec un garcon que j’avais jamais vu (après 3 ans, c’est toujours étonnant). Alors quand je me suis présentée à mon patient-bras, je n’étais pas certaine encore s’il allait me trouver drôle ou s’il allait me prendre pour complètement dégénérée. (Ben quoi, c’est important de pratiquer comme il faut !!!)

[Wannabe Dr Marie – Parle à son patient-bras] – Bonjour, mon nom est Marie, je suis externe, étudiante en médecine, et c’est moi qui vais installer votre cathéter veineux aujourd’hui. Ca va bien ?
[Wannabe Dr Sébastien] – Hihihihihihi

Il fait donc pareil avec son patient-main. Mais encore mieux, il lui serre la main. Ou devrais-je dire, il serre son patient… Mon patient à moi, il en avait même pas de main… Quand ca a été le temps pour mon collègue de piquer son patient, j’ai même osé :

[Wannabe Dr Marie] – Oh, je vois que ton patient est agité… tu veux que je t’aide à le tenir ?

Publicités

3 Réponses

  1. Hahahahaha! J’adore!

  2. 😀

    (Une anecdote tout juste pour toi : cet été à Salluit, un des nurses et moi on appelait souvent nos jeunes patients comme ca, « Clépétar ». Faque quand on voulait savoir comment évoluait la situation de nos ti-pouts malades, on demandait : « pis, comment va ta p’tite Clépetar ? ». Pis on se trouvait beeeen drole…)

  3. Yay there’s a tube in my penis !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :