Les vrais coûts de la césarienne

Il y un peu trop longtemps de ca, Marie-So me demandait : «N’y a-t-il que des raisons $$$ pour ne pas offrir des césariennes (pratique, et moins douloureux) aux futures mamans ou s’il y a s’autres raisons plus profondes et scientifiques ?»

Vu que je suis justement en train d’étudier ma gynéco-obstétrique, c’est le moment parfait, Marie-So, pour répondre à ta question.

Cependant, il ne faudrait pas croire que je suis l’experte dans le domaine, mais je vais répondre au meilleur de mes connaissances !

Et je voudrais que ce soit bien clair que mon petit texte n’a pas la prétention de faire freaker le monde sur les césariennes. Si vous être en train d’accoucher et que votre médecin vous envoie en césarienne, c’est que c’est probablement la meilleure chose à faire pour bébé. Et c’est pas le temps de penser aux complications possibles à ce moment-là !

********************************

Tout d’abord, il ne faudrait pas croire que la césarienne est moins douloureuse ! Si on peut passer moins de temps dans l’accouchement en soi, le temps de récupération est beaucoup plus important ! Et on s’entend-tu qu’une fois que bébé est arrivé, c’est pas là que ca te tente d’avoir à récupérer d’une chirurgie ?!

J’ai tellement vu de femme accoucher dans le bonheur avec une épidurale, si on ne veut pas trop souffrir pendant l’accouchement et récupérer PAS MAL PLUS VITE, ce serait ma recommandation. Bon, évidemment, ce ne sont pas toutes les épidurales qui fonctionnent parfaitement (parfois elles pognent pas assez, des fois un peu trop) ou qui arrivent à l’heure !! Mais reste qu’on s’en sort plus vite qu’une césarienne !

Ensuite, il faut comprendre qu’une césarienne est une intervention chirurgicale. Et bien qu’on soit bien meilleurs qu’il y a 1 siècle (hahaha) il reste toujours des risques liés à une chirurgie, et que si on compare à un accouchement vaginal, ils sont généralement plus élevés.

Un exemple simple, c’est qu’on s’attend à ce qu’une femme perde 2 fois plus de sang lors d’une césarienne (soit 2 tasses versus 4 tasses ! et que ce soit tout à fait normal !) Il y a ensuite les risques (présents, mais pas fréquents !) lié à l’anesthésie, d’infection de la plaie, des risques de trauma aux organes adjacents (vessie, intestin, utérus lui-même) (désolée, je n’ai pas de chiffres).

En plus, la césarienne ne nous épargne même pas la descente du plancher pelvien !  Tout ce qu’on pourrait éviter, en fait, c’est les lacérations du col (plus rare) ou vaginales , qui sont assez fréquentes, souvent superficielles, mais se rendent rarement au « 4e degré » soit à l’anus.

Surtout que suite à une césarienne, les grossesses suivantes peuvent être plus compliquées (rarement, mais ca arrive !) : par exemple, le placenta s’insère sur la cicatrice et doit être décolé par le médecin, l’utérus peut fendre sur la cicatrice (certains types de cicatrices qu’on utilise pu vraiment, justement à cause de ca). Et donc, ce n’est pas à négliger !

Où j’ai fait mon stage, à l’Hopital Ste-Justine pour ne pas le nommer, je n’ai jamais vu un patron offrir d’emblée sur césarienne à une femme en santé et sans risque ! Parce que l’accouchement vaginal reste médicalement le meilleur choix la plupart du temps.

Maintenant, il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles on va vouloir finir en césarienne. Souvent, c’est qu’on a eu une césarienne dans le passé, et qu’on s’inquiète des risques mentionnés plus haut. Mais souvent, l’accouchement vaginal est possible, et préféré !

La césarienne reste et demeure une intervention nécessaire si le bébé est en détresse ou si le placenta décole par exemple, ou en cas d’anomalie congénitale, ou si maman à une maladie qui l’empêche de pousser !  Mais aussi si bébé est trop gros pour les hanches de maman, s’il y a présentation par le siège, si maman est trop fatiguée après un travail prolongé, ou simplement si elle a une poussée active d’herpès génital et qu’on ne veut pas transmettre au bébé 🙂

Il est vrai que nous vivons dans un monde où les ressources financières ne sont pas infinies. Et si offrir des césariennes à toutes celles qui le désireraient ne serait pas un désastre en soi, honnêtement, ce ne serait pas non plus de la bonne médecine, puisque ca signifierait d’exposer les patientes à davantages de risques non nécessaires.

J’espère que ca répond à ta question !

Publicités

16 Réponses

  1. Merci pour ces infos! Il est toujours suprenant de lire les histoires de femmes qui veulent une césarienne à tout prix pour pouvoir prévoir la date de l’accouchement et être sur pied plus rapidement. Quand ma mère a accouché de mon petit frère par césarienne, elle est restée 1 semaine à l’hopital parce qu’elle était trop faible. (C’était il y a 15 ans, c’est vrai, mais j’imagine que c’est quand même encore similaire). Et la première journée, elle était complètement dans les vapes, incapable de se rappeller ce qu’on venait de lui dire…

  2. je viens de finir mon stage en obstétrique et je m’étais justement fait poser cette question. Drôle de hasard. Je lui ai répondu quelque chose de semblable à ce que tu viens de répondre, mais jamais aussi complet. Je trouve que tu as très bien « vulgarisé » le tout et j’en prend bonne note si dans le futur j’ai encore ce genre de question!

  3. Intéressant, même pour un homme qui ne veut plus d’enfant. Merci.

  4. J’aime bien ton texte.

    En ce qui me concerne, j’ai accouché, pour mon premier, par voie vaginale. Pour ma deuxième, ça s’est terminé en césarienne.

    Quoique sur le coup, ça peut paraitre moins pire une césarienne, c’est après que c’est épouvantable! Pour moi, dans les jours et les semaines qui ont suivis, j’ai tellement eu mal! C’est terrible! Je ne veux plus jamais revivre cela!
    Je préfèrerais accoucher 10 autres fois par voie vaginale que devoir repasser par une autre césarienne!!! C’est tout dire hein?

    Mais je comprends que, quand il faut, il faut. Mais si on a aucun problème, je ne vois pas pourquoi opter pour une césarienne.

  5. J’ai bien apprécié tes excellents arguments.
    La césarienne, ce n’est pas nécessairement faciliter la vie des femmes. J’ai eu deux césariennes. Même si les heures de travail peuvent être éliminées avec une césarienne cédulée (pas dans mon cas toutefois car c’était des césariennes d’urgence), tout le « travail » est après: douleurs, plaie, marcher pliée en deux les premiers jours, manque d’énergie, être sur les anti-inflammatoires, interdiction de lever des choses lourdes pour plusieurs jours ou semaines (pas commode quand tu as un autre enfant en bas âge), etc. Il faut donc s’occuper du nouveau-né et de soi en même temps. Ça épuise énormément.

    Il ne faut pas non plus démoniser les césariennes comme certains le font. Comme tu dis, quand il le faut, il le faut. Et merci à la médecine moderne pour cela. Si j’étais née en 1800, je serais sans doute morte en couche comme tant de femmes.

    Bravo pour cet excellent billet.

  6. Merci Marie, très clair et instructif! Je ne suis pas contre la césarienne non plus, quand c’est nécessaire, pour toutes les raisons que tu as mentionnées. Mais c’est vrai qu’on sous-estime les effets secondaires dans les jours-semaines qui suivent. D’ailleurs l’amie que je mentionnais, qui a maintenant un bébé de 2 semaines, me confiait aujourd’hui ne pas pouvoir rester debout très longtemps parce que sa cicatrice lui « tirait ». Ça m’a étonné parce que moi, après la naissance de mon 2e enfant, dès le lendemain j’étais dehors avec le pousse-pousse. Mais bon, c’est pas comme si elle avait le choix (bébé qui se présentait par le siège). Quand il faut, il faut!

  7. pour ma part j’ai eu une césarienne après 25h de contractions et 2 épidurales qui n’ont pas fonctionné.. je suis résistante selon l’anesthésiste… à 1h43 am mon bébé était né, à 13h00 la même journée on m’enlevait ma sonde… par la suite mon soluté! j’ai marché la journée même.. presque pas eu de saignement.. pris seulement du tylénol et naprosyn… et j’ai quitté 1 journée plus tôt que prévue! seule chose qui m’a nuit: de l’oedème à godet aux jambes et aux pieds… surtout relié au bolus de soluté que j’ai eu lors de mes 2 épidurales.. les flush de calmant.. les antibio en salle d’op.. une chose est sure.. je m’en suis bien tirée et j’ai bien récupéré et après 25h.. croyez-moi césarienne ou pas… je voulais que ça finisse!! 😛

  8. Ma première césarienne (d’urgence) s’est terminée en folie: anesthésie générale et apnée prolongée dûe à un manque d’enzyme qui ne me permet pas de dégrader le curare. Incapacité du corps à se réveiller avant un bon 7-8 heures. Suivi d’une belle infection puante de la plaie.

    Césarienne 1-Aubergiste 0.

    Deuxième césarienne; Ô surprise, adhérence totale de l’utérus sur la paroi abdominale. Temps prolongé de la chirurgie dûe à celà: presqu’une heure.

    Verdict? Ne pas penser à en avoir une troisième car les risques de récidive de l’adhérence commencent à faire peser la balance du côté du drame plus que du côté de la chirurgie sans complication.

    Si je n’avais pas eu de césarienne, rien de ceci et cela ne se serait produit.

    Il ne faut pas oublier en plus, que les nourrissons qui naissent par césarienne ont souvent des problèmes de sécrétions qui ne décollent pas, même après plusieurs semaines. Ça devient comme du « mastic » pour citer la pédiâtre.

    Oui, il y a du bon mais en même temps, si la césarienne n’est pas nécessaire, on devrait s’en passer…

    Césarienne 2- Aubergiste 0!

  9. J’ai connu (oh!bohneur!) l’accouchement naturel. Sans séquelles mise à part quelques points de sutures à cause de l’épisio. 4 jours après je me baladais avec bébé en poussette.

    J’ai aussi connu une césarienne à mes jumelles, à cause d’un cas de siège du bb1. J’ai haïs ça pour mourir! J’ai mis du temps à m’en remettre, j’ai souffert alors que j’avais deux bébés à m’occuper.

    J’ai préféré souffrir pendant (une douleur qu’on oublie rapidement quant à moi) plutôt que de souffrir après. La rachi m’a aussi laissé une douleur épouvantable… Quand j’y repense c’est l’horreur.

  10. très bon texte qui réflète bien la réalité de la césarienne côté maman, mais il y a aussi le côté à ne pas négliger, le bébé, un bébé à terme qui vient au monde par césarienne planifiée a un certain pourcentage de risque de souffrir de maladie des membranes hyalines, maladie que l’on retrouve généralement chez les prématurés. Lorsque cette maladie se retrouve chez un bébé à terme elle est souvent suivie de complications (pneumothorax surtout) (histoire vécue ici)

    J’ai subi trois césariennes et vraiment ce n’était pas par choix mais bien car ma condition physique l’exigeait, à toutes les femmes qui voudrait avoir une césarienne d’emblé pour ne pas souffrir, je dis qu’elles parlent à travers leurs chapeaux car une césarienne c’est souffrant et pendant longtemps

  11. @ Josiane : ca pourrait arriver encore aujourd’hui !

    @ Nurse-D : ouais, j’ai travaillé mes futures réponses moi aussi 😀

    @ Marie-So : grace à mes e-lectrices, voilà les expériences qui confirment la théorie ! 😀 C’est après une chirurgie abdominale qu’on se rend compte à quel point on utilise nos muscles abdominaux !!!

    @ L’aubergiste : tu illustres justement un des exemple de complication qu’on peut retrouver lors des anesthésies ! Ca surprend lorsqu’on « L’apprend » la première fois, mais une fois qu’on le sait, on peut faire avec 😉 Mais je ne suis pas d’accord avec ton score, car même si la 2e césarienne a été compliquée par les effets de la première césarienne, cette fois-ci, ca s’est terminé de manière un peu plus heureuse. Je crois que la 2e partie serait plutot « égalité » !! 😉

    @ Sweetlilly : « parler à travers son chapeau » est une expression un peu forte. Je crois que l’image de la femme qui accouche dans les douleurs, en criant et toute en sueur est beaucoup plus véhiculée que celle de la césarienne. Sans des bases minimales en médecines (qui ne sont certainement pas données à tous) ou – malheureusement – une expérience personnelle ou d’une proche, les gens peuvent facilement avoir l’impression que la césarienne est manière facile de s’en sortir !!

    Je vais nuancer ton propos : il est vrai que la maladie des membranes hyalines (syndrome de détresse respiratoire du nouveau-né) peut arriver chez les enfants pour lesquelles la césarienne est planifiée (comme dans ton cas, j’imagine, si c’est suivant d’autre(s) césarienne(s)), alors que la mère n’a pas encore expérimenté de contraction, comme si, finalement, bébé n’était pas prêt à sortir. Cela demeure tout de même une complication généralement vue chez les prématurés (moins de 5% si plus de 36 semaines). Comme autres facteurs mettant bébé à risque il y a le fait d’être un garçon de race blanche et le diabète de grossesse.

    Une chose est sure, c’est que c’est plate d’avoir à passer à travers ca ! Pour bébé comme pour les parents..

  12. Merci pour cette intéressante discussion sur la césarienne. 🙂

    Josiane, j’ai vécu un peu la même chose que ta mère il y a trois ans: une semaine à l’hôpital suite à des saignements post-césarienne trop abondants et un allaitement qui ne voulait pas démarrer.
    J’ai eu de la chance car contrairement à d’autres je n’ai pas trop souffert et la petite était en pleine forme. Par contre, je me serais bien passée de la fatigue supplémentaire occasionnée par la chirurgie et ce n’est pas une procédure pour laquelle j’opterais si j’avais le choix.

  13. Allo !
    Merci pour les infos…
    Bonne chance pour ton super méga-examen !
    J’ai eu à en faire un dans le genre à la fin de mes études pour entrer dans l’Ordre des acupuncteurs, c’est stressant mais quand ça commence ça va mieux, les réflexes acquis au long des études prennent le relais, il faut juste aborder les mise en situations /questions une à la fois.
    Et pour la préparation, je crois qu’il faut doser…. C’est mieux d’arriver en forme et la tête claire (donc aussi se changer les idées entre les périodes d’étude…). Tu nous en donnera des nouvelles !

  14. Merci pour ce billet qui fait réfléchir et répond à des questions.

    C’est indéniable que la médecine a fait des progrès immenses qui ont permis de réduire les cas de mortalité infantile et de la mère mais je déplore le fait qu’on surmédicalise aussi les grossesses dites « normales ». On aborde l’accouchement comme une maladie, on voit le pire qui peut arriver, on voit la douleur comme quelque chose d’insurmontable et qu’il faut absolument éviter. Accoucher, ça fait mal mais il y a des moyens naturels de passer à travers cette douleur (sécrétion d’endorphines, confiance en les gens qui nous entourent, atmosphère calme et paisible, etc.) et cette douleur là est nécessaire à mon avis, pour accompagner notre enfant qui souffre lui de vivre ces contractions et de passer à travers un si petit tunnel ! Nécessaire aussi pour savoir quand pousser et pour savoir comment bouger pour permettre au bébé de descendre. J’ai accouché naturellement de mon premier bébé et je suis ressortie de cette difficile mais si belle épreuve plus forte, confiante en mes capacités d’être mère. C’est diffficile de devenir maman, de s’occuper de son nouveau-né, de passer des nuits blanches, d’avoir mal au sein lors de la montée laiteuse mais on se dit que si on est passé à travers l’accouchement, on est capable de tout ! et c’est la beauté d’être femme et de donner la vie ! La médicalisation de mon deuxième accouchement (des jumeaux !) m’a laissé amère. C’est comme si on m’avait accouchée plutôt que ce soit moi qui accouche, on m’a pris en charge et je n’étais plus maître de ce que je faisais. Bon, j’ai des bébés en santé alors l’objectif principal est atteint mais je suis heureuse d’avoir vécu l’expérience totale avec ma fille parce qu’il n’y a rien de plus beau !

    Pour rien au monde je n’aurais souhaité une chirurgie et tous les risques qui viennent avec. La césarienne doit selon moi demeurer exceptionnelle, quand l’état de la mère ou du bébé le nécessite. On est chanceux d’avoir accès cette technologie mais on ne doit pas oublier que la nature a fait les femmes pour accoucher et les bébés pour naître par voie vaginale.

  15. Sujet très intéressant 😉
    Moi mon truc c’est plutôt la pédiatrie…
    Un argument de plus pour les accouchements « par voie vaginale », c’est que les césariennes, c’est un départ dans la vie beaucoup plus difficile pour les bébés…ils ont beaucoup plus souvent des problèmes respiratoires (type retard de résorption) et doivent beaucoup plus souvent être pris en charge en néonatologie…

  16. @ Hélène : Très juste !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :