Appel aux e-colo-mamans

Dans le cadre de mon stage de dermato, je fais une présentation sur les rash de couche.

Mes premières lectures d’études parlents de l’amélioration des technologies des nouvelles couches qui permettent si merveilleusement d’éloigner rapidement et efficacement le méchant pipi des fesses de bébé, un des responsable de l’irritation.

Ils parlent évidemment des couches jetables…

Je voudrais alors avoir votre avis sur les couches réutilisables… et savoir comment ca se passe avec le popotin de vos chérubins. Encore mieux si vous avez eu l’expérience des 2 !

J’ai besoin de vos commentaires d’ici lundi.

Je fais tirer une paire de bas format bébé parmis les participant(e)s !! 

Publicités

Faire semblant de sauver du monde pour vrai

J’ai passé la fin de semaine à faire mon cours de secouriste avancé.

En gros, on a fait semblant de faire les vrais, à crier  « Donnez-moi 1 mg d’épi push. 150 Joules. Je suis clair, tout le monde est clair, je choque !!! »

Je suis revenue à la maison stressée de mon réanimation bootcamp. Et c’est pas une bonne nouvelle que je mélange les noms des médicaments qui commencent par la même lettre…

PDFN, quelle clairvoyance… les nouvelles recommandations prévoient d’aller directement au nombre de joules max plutôt que jouer à perdre son temps à incrémenter allègrement de 100, à 200 à 300 joules, comme dans les films ! Malheureusement, les nouvelles machines full techno demandent que 150 joules, ca a l’air tellement moins puissant… 🙂

Incertitudes, frustrations et le temps qui passe

Le (très) long parcourt de la fac de médecine est parsemé de frustrations.

Même si depuis le début de mon externat, je vois mes connaissances évoluer énormément, je réalise aussi la quantité de chose qu’il me reste à apprendre.

reflechir1Il a fallu pendant 3 ans m’emplir la tête de théorie et apprendre à faire un examen physique complet.

Maintenant à l’externat, si je suis capable de questionner et d’examiner adéquatement un patient, ce qui me permet généralement de trouver ce qu’il a (ou en fait, de supposer fortement ce qu’il a), je suis davantage en processus d’apprendre quels examens ou laboratoires prescrire, et finalement, quels traitements. Ce qu’on appel la « Conduite à Tenir ».

Devant l’éventail de possibilité, c’est fort embêtant… Une caméra ou un Scan ? Quels laboratoires choisir ? (Je les cocherais bien tous, mais ca couterait cher pour rien 😀 ) Quel antibiotique prescrire ?

Il y a toujours la procédure à suivre, selon les règles de bonne pratique médicale. Mais bon, voilà, chaque problème a ses bonnes pratiques, et je ne les sais pas toutes !

Et chaque jour, j’ai un paquet de trucs nouveaux que je n’ai jamais vu ou jamais entendu parler…

Je vois le temps avancer, je réalise que le 1er juillet, je vais être docteur pour vrai. Bon, médecin-résident, mais médecin quand même. Et d’ici là, j’aurai mon examen de fin d’étude à passer (le LMCC pour les intimes) et avec mon horaire actuel (et mon état mental, devrais-je préciser), j’ai toute la misère du monde à m’installer pour me remettre frais en mémoire ma gynéco, pédiatrie, chirurgie, med interne, psychiatrie, etc… (Comment ca se fait que je me souviens quasiment rien de ma foutue ped, hein ?!?!)

S’ajoute à cela les demandes de résidences, qui sont complétées, mais dont les entrevues ne seront faites que fin janvier, et les résultats que début mars. Je ne saurai dont qu’en mars où je vais avoir « pas-de-vie » les 2 prochaines années… (comme si ce n’était qu’un détail)

Heureusement, quand je discute avec mes collègues, je me rends compte que ce sentiment d’incompétence (un peu trop fréquent à mon gout), de ne pas avoir envie de se présenter à l’hôpital le jour de garde de tel patron… et parfois même de se demander si on a fait le bon choix de tout sacrer là pour s’en aller en médecine… est assez partagé.

Je sais bien que plusieurs autres avant moi sont passés par là et ont survécus ! Mais merde, j’ai encore bien du travail sur la planche… Et après avoir gouté à la vie de grande personne pendant 4 ans, la vie (et position)d’étudiante est… somme toute, assez frustrante…

etudiant

Ok… Time Out !

J’ai mes exams de fin de stage vendredi… je suis en rush d’étude.

Mais je prends 2 min pour raconter.

Dans le cadre de mon stage de chirurgie, j’ai passé une semaine aux soins intensifs, dans l’équipe de trauma. Vous savez, ca a l’air de quoi, la clientèle de l’équipe de trauma aux soins intensifs ?

Des jeunes hommes.
Qui ont eu des accidents de la route.
En boisson.
Pis des fois ceinture pas attachée.

Dire qu’il y a trois semaines, j’étais en train de taquiner La Fêlée parce qu’elle fume… (parce que bon, tout bon médecin doit rappeler à la population qu’il faut garder en tête de penser à un jour peut être éventuellement penser arrêter de fumer. Vous voyez le genre. Style.) Tsé, je passe toujours un ti message à mes patients. Et le jour où j’ai taquiné La Fêlée, j’avais passé la journée à faire des suivis pour des patients à qui on avait enlevé un bout de poumon à cause du cancer du poumon. Faque tsé, j’me sentais encore plus la fibre de Dre qui a besoin de rappeler l’importance de penser à un jour peut être éventuellement penser à arrêter de fumer…

Mais là, tsé.

Kess tu veux dire de plus au monde qui boivent pis qui conduisent ?
Kess tu veux dire de plus aux champions qui s’attachent pas ?
Kess tu veux dire aux jeunes hommes (ou aux jeunes filles, même si elles se font plus rare) qui se croient invincibles !?!?

Je peux au moins vous dire que pour 180 accidents de la route, y’en a juste 1 qui meurt. Les 179 autres se retrouvent à l’hopital. Et ils s’en sortent pas toujours indemne.

Pas indemne comme dans légume. Comme dans paralysé. Comme dans incontinent. Comme dans reste de ta vie hypothéquée. À 20 ans.

****************************

Ca, c’était il y a 1 semaine.

J’hésitais un peu a discuter du sujet. Parce que j’ai un cousin, il y a quelques années, qui a eu un gros accident de char avec ses amis. Ils étaient tous saouls. Le conducteur est mort. Mon cousin est resté en chaise roulante.

Et j’me dis « Man, c’est vrai que c’est cher payé finir en chaise roulante. Et c’est aussi triste que pour tous les champions qui conduisent en état d’ébriété et qui se rendent à destination, que ca t’arrive à toi. Mais criss, on ne mélange pas boisson et conduite, point final. Encore chanceux de pas avoir fauché la vie d’un innocent dans un autre char. »

Évidemment, j’ai pas dit ca à mon cousin. Ni à la famille. Parce que c’était pu le temps de faire la morale à personne.

La semaine dernière, le cousin est décédé, des complications de son état. Il avait mon age.

Maintenant c’est le moment d’apprendre.

La prochaine fois que vous aller prendre un coup… dites-vous donc :

mieux vaut prévenir que guérir

better safe than sorry

Si ceci ne vous a pas convaincu, autre histoire ici.

Et si vous n’êtes pas capable de faire autrement que de conduire en boisson, ayez au moins la lucidité de signer votre carte d’assurance maladie pour les dons d’organes. Vous faites d’excellents candidats. Merci.

Soir de garde… et de réponses

Bon, ce soir je suis de garde, voyons voir si j’ai le temps de répondre à vous toutes !

1 – Mme Cornue demande : «Vu que tu parles d’orteils, quoi c’kossé que mes enfants ont choppé

Wannabe Dre Marie répond :
Bin, first ma pédiatrie date de… hum… 14 semaines. Et depuis, je ne vois que des vieux, qui, comme tu le mentionnes si bien dans ton post, n’ont pas besoin d’être si vieux pour ne plus attraper les virus-à-pois de leur petits… 😉  Et c’est facinant de voir à quel point j’arrive à ne plus me souvenir de tous assez rapidement *siffle comme une épaisse*

Ceci étant dit, il est vrai que les vésicules (ti bobos) de la maladie main-pied-bouche ressemblent étrangement à celles de la varicelle… sauf que plutôt que d’être partout ailleurs sur le corps, elles ont une forte tendance (oh, quelle coincidence !) à être distribuées sur les mains, les pieds, et dans la bouche…

Ceci étant aussi dit… avec ton titre honorifique de Dre Maman (qui vient automatiquement avec plus que 3 enfants), il est évident que si tu avais vraiment été inquiète par la condition des bambins, tu aurais été consulter avant, non ?  En attendant, leur système immunitaire a fait ce qu’il devait faire.

Bon, évidemment, une consultation Internet, ca vaut absolument rien !!! 😀

PS : tu allaites ton dernier finalement ?  Si oui, c’est probablement pour ca qu’il a rien pogné…

2 – Une Femme Libre demande : «Comment ça on enlève des orteils aux diabétiques? »

Wannabe Dre Marie répond :
Excellente question ! Sans rentrer tout à fait dans les détails…

Il se trouve que le corps garde le taux de sucre dans le sang très contrôlé.  Quant aux diabétiques, ben, ils doivent faire la job de leur pancréas qui a pris sa retraite trop tôt… et s’injecter de l’insuline pour gerer eux-même leur taux de sucre. (Certains qui font du diabète de type 2 peuvent aussi prendre des pilules, au début de leur maladie, quand leur pancréas fonctionne encore en partie)

Il faut l’avouer, c’est toute une job.  Mais il faut le faire. Car si le taux de sucre est trop élevé dans le sang, c’est pas bon pour le corps (en fait, si il est trop bas, c’est l’hypoglycémie, et c’est pas bon non plus, genre le coma ou la mort, mais c’est juste un détail 😛 ).

Si le dude fait pas attention à ses taux de sucre dans le sang et les garde trop élevés, avec le temps, ca attaque les petits vaisseaux et les petits nerfs (et d’autres choses, mais ici, c’est les orteils qui nous intéressent). Et en premier au niveau des extrémités (pieds, puis main).  Un jour, le dude qui fait pas attention perd de plus en plus la sensation dans ses pieds : alors il « abuse » de ses pieds en marchant (ie il a les pieds très très en compote sans s’en rendre compte !) ou il pile sur des trucs et se blesse sans le savoir ! (si vous saviez ce qu’on trouve planté dans les pieds des patients parfois…)

Et le fait que le sucre s’attaque aux petits vaisseaux, ca rend tout le processus de guérison plus compliqué… parce que pour guérir, il faut du sang, qui apporte les nutriments !  Si le sang se rend mal, du coup, ca chie, right ?  On a beau mettre nos meilleurs antibiotiques intraveineux, si le sang se rend pas, l’antibiotique non plus !

Et si, en plus, l’infection passe à l’os, c’est encore plus difficile à faire partir dans ces conditions.  Ou la gangrène s’installe !!!

Alors parfois, si les diabétiques font pas attention à leur taux de sucre (ou des fois, ils ont vraiment un diabète très difficile à contrôler, mais c’est pas la majorité, sérieux…) des fois, donc… il faut faire sauter des orteils. Et parfois des bouts de pieds. Ou des jambes.

Et les diabétiques, très souvent, ils racontent «ah, avoir su».

Et j’ai envie de dire : «Avoir su quoi, dude ? Sais-tu combien j’ai entendu de Dr marteler sur la tête d’un patient que c’était important de faire attention au taux de sucre ?  Et à quel point je répète ca souvent ?»

Et donc, forcément, je me dis qu’il faut qu’il y ait un peu de processus de négation dans tout ca.  Parce que MAN ! Je le répète vraiment surement plus souvent que « fumer c’est pas bien pour la santé », pas de joke !

En guise de conclusion, je vais aussi dire qu’un taux de sucre mal contrôlé, c’est aussi très mauvais pour le coeur, les AVC, les petites artères de la rétine (et donc que ca rend aveugle) et les autres vaisseaux qu’on retrouve partout (comme dans les organes génitaux, genre, et que quand ca fonctionne pu, c’est bye bye le sexe, right ?) etc, etc.

(imaginez si j’étais rentrée dans les détails… 😉 )

3 – Bluefairie demande : «Penses-tu un jour sortir de ton hopital le temps d’un souper?»

Wannabe Dre Marie répond :
Man ! Je suis débordée, sérieux… Ca, et le fait que je passe mon temps dans le 450 de la rive-nord, ces temps-ci 🙂  Dans 2 semaines, j’ai mon examen de chirurgie, et après, je quitte (le soir-même…) pour les vacances.  Donc, les facteurs temps et lieu sont peu coopératifs depuis ton retour d’Écosse… 😦

4 – Finalement, Bilounne me dit : «Je suis tombée sur ton blogue il y a quelque temps et je suis tombée en amour avec ton humour. à cet effet, je t’ai remis le prix Arte y pico sur mon blogue.»

Wannabe Dre Marie répond :
Woo-hoo !!!  Merci Bilounne !! 😀

Touchant le touché !

Woa !

Aujourd’hui, en chirurgie… j’ai vu-en-vrai le coeur battant d’un patient. Et j’y ai touché !

(dégueu ! ca bouge !)

Massage… involontaire

Quand on palpe correctement tous les ganglions au niveau du cou, particulièrement les ganglions à l’arrière du cou, sous la base du crâne, il n’est pas rare qu’un patient se réjouisse de l’effet de massage que ca donne…

Quand ca m’arrive, j’ai quelques phrases préparées, variant sur le thème de « Non mais quand même, après ca on se demande pourquoi le monde aiment pas ca aller chez le médecin ! »

J’avais justement aujourd’hui une patiente super drole que je voyais en ORL…

Wannabe Dre Marie finit de vérifier les ganglions du cou
[Patiente] – Finished already ? That was so good !
[Wannabe Dre Marie] – You know, last week, I had a patient in Urology for his prostate follow up. And when he said the same thing, I anwered « Unfortunately, that was the best part of today’s exam. Please bend over. »

La patiente était tellement crampée qu’il a fallut que j’attende un moment pour pouvoir lui examiner la bouche comme il faut.

***************************

Traduction pour mes tinamis qui sont pas fluent en bilingue :

Wannabe Dre Marie finit de vérifier les ganglions du cou
[Patiente] – Déjà terminé ? Ca faisait du bien !
[Wannabe Dre Marie] – Vous savez, la semaine dernière, j’ai eu un patient en Urologie pour un suivi de prostate. Quand il a dit la même chose, j’ai répondu « Malheureusement, c’était la meilleure partie de l’examen d’aujourd’hui. Maintenant, penchez-vous. »