Médecines alternatives… Protègez-vous !

Vous aviez déjà lancé le sujet alors que je vous parlais de mes migraines lors d’un billet précédent, voilà que j’ai fait la découverte de ceci chez… mon tout nouveau acuponcteur !

Protégez-vous a lancé le mois dernier un guide dédié aux médecines douces !  Qui vend du miracle ? Qui donne dans le charlatanerie ?! Qu’est-ce qui risque d’être le meilleur remède à vos maux ? Vos trouverez probablement les réponses là !  C’est une bonne nouvelle, pour les gens qui cherchent à en savoir un peu plus sur ce spaghetti que peut être les médecines dites alternatives…

Je vous surprendrai peut-être en vous disant qu’on fait un peu de place à l’enseignement des médecines alternatives dans nos cours de « docteurs ».  Du moins, on nous familiarise avec la chose. Après tout, c’est de plus en plus populaire : croire que ca n’existe pas serait jouer à l’autruche ! Mais ca ne fait pas de nous des experts… Et on doit garder un minimum de médecine « basée sur la science et les évidences » (qui même si ce n’est pas une méthode parfaite car on peut parfois jouer avec les chiffres, est quand même mieux que « basée sur rien »). C’est donc un outil intéressant même pour moi ! Car ils rapportent si les différentes « médecines » ont fait leur preuves ou pas.

Alors que la médecine traditionnelle est pas très hot quand il est temps de gérer les douleurs chroniques (ben quoi, on se le cache  pas !), il y a quelques « alternatives » intéressantes.  C’est là d’ailleurs que j’ai confirmé que l’acuponcture avait fait ses preuves pour les migraines, alors que l’ostéopathe avait davantage de forces avec les douleurs d’origine musculosquelettique (parfait pour les maux de dos !).  Pour ne nommer que ceuze-là…

Maintenant, j’en suis qu’à mon 3e traitement, donc les résultats sont à suivre…

Bonne lecture !

PS : Médecine « alternative » ne veut pas dire « alternative à la médecine traditionnelle ». On devrait plutôt lire « Médecine complémentaire » bleh !

Plus vrai que …Trauma

Allez faire un tour sur la chaine YouTube de Médecin de Famille de la FMOQ

Ca donne un portrait de la job d’un médecin de famille (si vous me lisez, c’est que ca vous intéresse !), et de la situation de la profession (ma future job, c’est rassurant).

Et même si je trouve ca l’fun faire des suivi de femmes enceintes, si vous vous demandez pourquoi j’ai pas l’intention d’en faire quand je serai grande, allez voir le portrait au quotidien du Dre Kowalski… Tsé, j’aimerais ca avoir un semblant de vie plus tard. 😦

****************************

Certains d’entre vous on suivi la série Trauma ? Avec la jeune Résidente en chirurgie Laurence Leboeuf qui avait des conversation avec l’hallucination de son père mort ?

Vous en avez pensé quoi de la série ?

Parce qu’il semble que certains téléspectateurs ont été tellement dégouté du comportement des Résidents dans la série, et aussi probablement horripilé par leur incompétence crasse, qu’ils ont refusé par la suite d’être soigné par eux !

À leur place, j’aurais fait pareil !!!

Sauf que Trauma, sérieux, c’est n’importe quoi ! Tout juste un Roman-Savon à saveur médicale. La vraie vie, ca ressemble pas pentoute à ca.

Premièrement, la relation de travail résident-résident et résident-patron est 100 fois mieux. On a des organismes qui y vieillent, heureusement.

Pis on passe pas notre journée à s’occuper d’un seul cas, on a autre chose à faire, genre.  Et on fait vraiment autre chose que d’attendre patiemment à côté d’un patient qu’il se réveille de sa chirurgie !

D’ailleurs, si ce n’était pas des Résidents, qui voient des patients au bureau, en consultation et à l’étage, je connais des hopitaux qui n’arriveraient plus à fonctionner, faute de personnel !

Tout ca pour dire que Miss Larouche donne pas mal dans le sensationnalisme…

La pilule en continu – les réponses

Tout d’abord, merci de vos nombreuses réponses au billet précédent ! C’était fort instructif d’avoir votre avis… Je vais pouvoir utiliser ca pour mieux servir mes patientes 🙂

AVERTISSEMENT : bien que ce billet se veut de l’information à saveur scientifique, elle demeure de la vulgarisation, ne m’en tenez pas rigueur. Et jamais, au grand jamais, cela ne remplacera une consultation avec votre médecin ! Ne faites pas de changement à votre prescription actuelle sans en parler d’abord à votre médecin, SVP !

*************************************

Tout d’abord, ceci ne s’adresse qu’aux femmes mariées. Parce qu’évidemment, pas de sexe avant le mariage. Right ? hehehe

Maintenant, voici en gros les conclusions de ma recherche :

Tout d’abord, il faut comprendre que la « femme moderne » – comparons nous à nos prédécesseures, lol – compte beaucoup plus d’épisodes menstruels que ses ancêtres féminins : parce qu’elle vit plus longtemps, et qu’elle fait autre chose qu’être enceinte.

Et il faut savoir que le cycle menstruel de la femme peut tout à fait varier de 21 à 35 jours. Quand les monsieur (oui, lire MONSIEUR) qui ont fabriqué/ingénieuré la pilule ont réfléchi à tout ca, ils ont tout d’abord pensé faire un cycle avec un nombre divisible par 7, qui fonctionnait aux semaines (logique : à débuter toujours le même jour de la semaine, et menstruée toujours le même jour de la semaine). Et leur réflexion a été :

21 jours : trop souvent/menstruations aux 3 semaines !!
35 jours : viennent pas assez souvent à la pharmacie pour acheter d’autres choses (!)
28 jours : parfait !

Voyez que c’était des hommes. Et des hommes d’affaires. On était après tout dans les années 50.  Et cette décision n’était pas du tout (comme dans pas pentoute, niet, nada) basée sur des prétentions biologiques/médicales. Et donc, ils se sont même pas penché sur l’idée de peut être sauter des menstruation ?!

*************************************

Définissons d’abord la pilule en continu. C’est, en gros, rabouter un après l’autre les paquets de « pilules actives-avec-des-hormones-dedans » et espacer le moment de prise de « pilule de sucre » qui nous fait menstruer.

Vous saviez que c’était les tites pilules de sucre qui vous faisait menstruer right ?

Quoi ? J’entends quelqu’un dire qu’en réalité, il s’agit d’un saignement de retrait ? Que c’est pas les pilules de sucre qui font menstruer, mais le fait d’arrêter les pilules d’hormone ?

Un saignement de quoi anyway ?!

Bon, on recule un peu, et je vous explique comment ca fonctionne, la pilule 🙂

Les girls, je vous présente votre endomètre :

L’endomètre est le petit tapis-qui-tapisse l’intérieur de l’utérus. À tous les mois, avec le cycle d’hormone qui nous rend si célèbre auprès des hommes (mais qui est assez complexe quand c’est le temps de l’étudier, alors je vous en fais grâce), ce petit tapis pousse gracieusement, dans l’espoir de recevoir, avant la fin du mois, un ovule fécondé.  Ce petit tapis, une fois devenu grand, sera riche en vaisseaux sanguin, prêt à nourrir la bête le futur bébé. Voici donc l’image très réaliste de l’ovule fécondé et déjà divisé dans son lit d’endomètre poussé :

Évidemment, si tout ce beau p’tit tapis nutritif n’est pas utilisé d’ici la fin du mois, et parce que le corps de la femme, à ce moment là, diminue drastiquement la quantité d’hormone produite (des détails qui vous intéressent pas) ces gigantesques structures (du point de vue moléculaire, on s’entend), se désagrègent et il y a MENSTRUATION ! TAM-TAM-TAM !

La pilule que nous utilisons est généralement constituée de 2 hormones : de l’estrogène, et une sorte de progestérone (chaque marque à sa sorte).  Alors qu’avec le cycle normal de la femme, ses propres niveau d’hormone (estrogène et progestérone) produit par son corps à elle jouent à la montagne russe, la pilule sert à garder une moyenne pareille pendant tout le mois.  Ce qui change certaines choses qui nous intéressent :

A) En normalisant le cycle, la pilule empêche les ovules de maturer et… ben, d’ovuler. Difficile de concevoir si ya pas d’ovule.

B) En normalisant le cycle, la pilule empêche l’endomètre de proliférer joyeusement.  Voire même, elle garde l’endomètre plutôt ras-l’utérus. Et donc, même si la femme avait une ovulation (1- par oubli de pilule 2- parce meme si on la prend parfaitement, c pas parfait) l’ovule fécondé, une fois arrivé dans l’utérus, a pas mal moins de chance de s’installer (comme on dit en politique, les conditions sont pas gagnantes)

C) Finalement, en normalisant le cycle, la pilule change la consistance du mucus à l’intérieur du col (le col étant l’entrée de l’utérus), ce qui rend le passage des spermatozoides pas mal plus tuff (sorry guys) (la prochaine photo est comme une image de col dans le fond d’un vagin. Oui, ca a l’air de ca. Sauf qu’en réalité, on verrait pas les spermatozoides, tsé)

Ah ! Je vous entends toutes crier, avec raison… « Mais, Dre Marie… Si l’endomètre pousse pas, de comment cé que je menstrue ! » Maudit, ya rien à votre épreuve !

C’est justement le concept de « saignement de retrait ». Vous avez lu plus haut que l’utérus pense à menstruer le jour ou il ne recoit plus d’hormone sur une base régulière. C’est comme ca que ca se passe avec votre corps « normalement ».  C’est la même chose avec la pilule, en fait. Le jour où l’utérus ne recoit plus sa « dose » il réalise : « quoi, c’est à mon tour là ?! » et on a nos règles, endomètre poussé ou pas. C’est pour ca qu’on a nos menstruations quand on manque plusieurs pilules de suite !

Mais demandez moi pas pourquoi on saigne à peu près la même quantité, je sais pas trop d’où l’utérus nous sort ca 🙂

*************************************

Donc, maintenant qu’on sait ca, on s’inquiète pu d’accumuler plein de sang dans son utérus si on saute des menstruation, right ?

*************************************

Maintenant, êtes vous scandalisées d’apprendre qu’avec les mêmes hormones que votre corps utilise, mais pris avec des doses constantes plutôt qu’avec des doses variables, vous simulez votre « cycle normal » et vos menstruations depuis toutes ces années ? Et oui, on joue un peu avec la nature… A little white lie qu’on fait à notre corps !

Mais encore une fois, la question se pose : pourquoi 28 jours ?! … et pas 63 ?

*************************************

On a commencé à utiliser la « pilule en continu » pour les femmes qui avait ben du trouble avec leur menstruation, et donc, ca faisait ben du sens de vouloir en avoir moins : endométriose, douleurs menstruelles sévères, et même SPM grave ! Parce qu’on était pas mal sur qu’on allait leur faire plus de bien que de mal, on était pas trop inquiet ;P

Mais on s’est rapidement rendu compte qu’on leur faisait pas de mal pentoute ! Alors certaines femmes ont voulu sauter des menstruations aussi, juste pour le plaisir de le faire !

En 2003 est sorti aux States le premier contraceptif spécialement fait pour n’avoir que 4 menstruations par année (Seasonale) ! Il est même au Canada depuis janvier 2009.  Aux States, ils sont même rendus avec une pilule pour pu-de-menstruation-pentoute :S

Mais un problème avec la pilule tout court, qui devient plus fréquent avec la pilule en continu, c’est le spotting.  Ce qui arrive, en fait (maintenant que vous êtes tous des pros de l’endomètre), c’est que l’endomètre devient un tout petit peu trop « mince », et que ces petits vaisseaux sanguins peuvent être irrités et saigner.

Foncièrement, c’est pas grave. C’est juste fucking embêtant !  Quand on utilise un pilule avec un cycle standard, le move classique va être d’utiliser une pilule avec une dose d’estrogène un peu plus élevée (des détails de docteur anyway).

Mais avec la pilule en continu, on finira toujours par avoir du spotting si on attend trop pour avoir nos menstruations, même si le délais avant l’apparition du spotting tend à s’allonger de plus en plus avec le temps.

Quand on utilise des paquets qu’on raboutte, mon truc à moi, c’est de provoquer un saignement de retrait (c’est à dire : on ne prend pas de pilule pendant quelques jours : on a nos menstruations, et ca règle le problème). Et c’est ce que les études montrent. Poursuivre les pilules en espérant que ca va passer fonctionne vraiment moins bien.

Quand on a Seasonale (le truc déjà tout fait pour menstruer 4 fois par an) on est un peu fourré quand on spot… Mais honnêtement, qu’est-ce qui nous empêche de faire la même passe ?!?

Idéalement, on ne cesse de prendre la pilule que pendant 4 jours (explications plus bas). En plus, ca fait des menstruations plus courtes.

Et idéalement, on « provoque » nos menstruations de manière régulière, sans attendre le spotting (genre aux 3 ou 4 paquets). Comme ca, c’est nous qui décidons du moment des menstruations, et on fait pas de spotting pendant le voyage de noce.

*************************************

Une note sur la période sans pilule.

Alors qu’on ne prend plus de pilule d’hormone, le corps reprends rapidement son rôle et le cycle hormonal se réinstalle assez rapidement.

Si rapidement, qu’à la fin des 7 jours sans pilule/pilule de sucre, l’ovaire a fait sa job, un ovule a maturé et jusqu’à 30% des femmes peuvent ovuler !

30 %! vous vous imaginez le désastre !

C’est pourquoi on sait qu’en réalité, c’est la première pilule qui est la plus importante, et QU’IL NE FAUT JAMAIS DÉPASSER 7 JOURS SANS PILULE. Sinon, on perd toute efficacité pour le mois suivant.

C’est pourquoi les nouveaux produits sur le marché commencent à sortir seulement 4 jours de pilule de sucre. Et c’est pourquoi si vous jouez avec votre cycle, je vous recommande seulement 4 ou 5 jours sans pilule. MAIS JAMAIS PLUS QUE 7.

C’est clair ?!  Venez pas me voir en pleurant !

Et si vous suivez ma logique, si le moment le plus fatidique est le moment sans pilule pour initier l’ovulation, moins on a de moment sans pilule (donc… moins on a de menstruation) et moins on a de chance de tomber enceinte. Idéal non ?! Mais bon, ca a pas été statistiquement prouvé, probablement parce que ca ne donne qu’un faible avantage 🙂

*************************************

Les études montrent :

Une amélioration de certains des symptômes reliés aux hormones : maux de tête, fatigue, ballonnement, irritation génitale, et (qui l’aurait deviné) diminution de la fréquence des douleurs menstruelles !

Aucune étude n’a noté d’augmentation d’événement grave (ex : thrombophlébite, embolie pulmonaire, pierre au foie, etc).

Les femmes qui sont tombées enceintes sont tombées enceintes parce qu’elles prenaient leur pilule tout croche, et elles ont toutes eu des beaux bébés normaux (il n’a jamais été question, de toute manière, que la pilule soit dommageable chez le foetus).

Et celles qui voulaient arrêter pour tomber enceinte sont toutes tomber enceinte dans les 6 mois après avoir arrêté la pilule.  Elles aussi ont eu des beaux bébés 🙂

Mais je dois avouer que la plus longue étude trouvée n’a duré que 3 ans, et les études ne comportent pas beaucoup de femmes pour étudier les effets secondaires important.  Cependant, il faut savoir que nous avons tout de même beaucoup de recul avec la pilule, qui est utilisée par beaucoup de femmes, depuis les années 50, et qu’à ce moment là, les doses d’hormones étaient beaucoup plus importantes que maintenant !

Alors même si les études ne sont pas parfaites, elles sont loin d’être inquiétantes !

Il faut aussi comprendre que si ca fonctionne pour certaines, pour d’autre, la pilule ne fait pas du tout !  La pilule en continu ne sera pas nécessairement une solution ;P

Celles qui ont quitter les études l’ont fait généralement parce qu’elles étaient embêtées par le spotting (mais bon, elles lisent pas mon blog, obviously) et parce qu’elles avaient plus d’effets secondaires dues au pilules (yen qui pour qui ca donne des maux de tete, du ballonnement, etc… peut être que la pilule est juste pas fait pour elles aussi, tsé)

*************************************

Prendre la pilule en continu a plusieurs avantages :

– Si on s’habitue a prendre une pilule tous les jours, moins de chance de l’oublier
– Moins d’occasion d’oublier « la première », qui est la plus importante.  Donc possiblement plus efficace que prise au mois.
– Choix du moment des menstruations
– Moins de dépenses de tampons et autre et possiblement moins d’absentéisme pour symptômes !
– Moins de symptômes reliés aux menstruations

Mais surtout, c’est un choix de plus pour nous, les femmes ! Et cela semble assez sécuritaire, même si toutes les preuves n’ont pas encore été faites.

Alors bon, pas obligé de commencer dès demain, mais si un jour vous avez à sauter un mois, ne vous  sentez surtout pas coupable !  Et effectivement, il se pourrait que votre prochaine menstruation soit un peu plus douloureuse (expérience personnelle moi aussi). Cela tend à diminuer avec le temps !

Vaccins – Part II

Sophie me demande de l’info sur le vaccin contre la grippe H1N1.

La vérité, c’est que personnellement, j’en n’ai pas beaucoup, et que j’ai pas beaucoup de temps pour te faire un joli billet à saveur scientifique, Sophie 😛

De toute manière, réalisez que nous n’avons pas beaucoup de recul sur ce nouveau vaccin, il va de soi, vu que la grippe vient tout juste de sortir ! Et les études sont encore en cours… Mais nous avons plus de pratique avec les vaccins anti-grippe des autres années, et que ce sont tous des cousins, les grippes là là.

Et oui, les effets secondaires rares, il est probable qu’on les trouve une fois qu’on se mette à vacciner la population à grande échelle. Normalement, on fait pas ca avec les médicaments, sauf que dans la situation actuelle, on a le facteur temps contre nous !  Au Canada, on a au moins l’avantage-du-désavantage d’être en retard sur tout le monde : si notre population va être vaccinée en retard (et possiblement trop tard) on aura eu l’occasion de voir ce qui se passe partout dans le monde avant ! 😀

À savoir si je vais me faire vacciner, la réponse est oui. Et je me suis toujours fait vacciner pour la grippe aussi.

Parce que j’ai toujours bien toléré mes vaccins.

Parce que je vais être probablement en contact avec des gens qui ont la grippe. Et parce que la grippe, c’est comme avoir un truck qui te passe dessus.

Parce que je vais être en contact avec des gens très malade, et que je ne veux pas leur refiler la grippe. Parce que ces gens pourraient en mourir.

***************************************

On sait pas de quoi aura l’air la vague de grippe H1N1, et on sait pas quand elle aura lieu. Il se peut que ca ait l’air de rien. Il se peut que ce soit grave. Le temps nous le dira…

Une chose est sure, c’est que les médias aiment faire du sensationnalisme… parfois un peu trop.

Et que les gens ont tendance à préférer colporter des détails juteux et aggraver le tableau à chaque fois que c’est raconté !

Alors c’est pas étonnant qu’on finisse par pu savoir où donner de la tête 😛

***************************************

Vacciné ou pas, les trucs pour éviter d’attraper la grippe : (aussi bon pour quelques autres trucs, comme le rhume, et la gastro, lol)

– Se laver les mains fréquemment (avec du savon ou solution alcoolisée), particulièrement avant de manger.
– Tousser/éternuer dans le pli du coude.
– Jeter immédiatement nos kleenex (ne pas les laisser trainer) et se laver les mains après usage !
– Laver les surfaces qu’on touche régulièrement
– Rester à la maison si vous êtes malade

À votre santé ! 😀

The Doctor is…

Out !

outJe suis vivante, oui, mais c’est à force d’enfiler les semaines de 70 heures que je réalise je n’ai pas l’énergie de maintenir un blog sur une base régulière.

J’ai de la misère à me garder à jour dans mes e-mails de job, (nouvelle réunion, changement de cours, mise à jour de liste de garde, argh !) alors vous pouvez imaginer que même si je lis vos commentaires et qu’ils me tiennent à coeur énormément, ils sont actuellement priorité #98…

Heureusement, mon chum se souvient que j’existe.  Même si parfois, c’est pour me voir rentrer, souper, et me coucher. Et ma famille a ma photo de finissante pour se rappeler de quoi j’ai l’air (les cernes en moins).

******************************

Alors vous m’excuserez, mon e-lectorat habituel, si je ne vous fournis pas, tel que prévu, un review complet et responsable sur la vaccination. Parce que j’ai juste pas le temps de vous répondre comme du monde…

Mais je vous pitche quand même quelques idées, parce qu’il y a un tas de fausses informations sur Internet (quelle surprise !).

1- Si nous avons cette « discussion »(unidirectionnelle) aujourd’hui, c’est que vous avez + peur des effets secondaires des vaccins que des maladies. C’est une bonne chose, quand on y pense, parce que ça montre en partie que les maladies ne sont plus assez présentes pour inquiéter !

2- J’aurai TOUJOURS un point de vue biaisé. Parce si vous ne connaissez peut être pas de gens qui sont mort de tel truc ou tel truc rare prévenu par la vaccination, moi, peut être que oui. Et ça fait chier en TA de voir un ti pout se faire manger le cerveau par une méningite bactérienne qui aurait pu être prévenue.

3- À part la variole, qui a été éradiquée par une vaccination massive et autre, les autres maladies sont encore existantes. Peut être très peu ici, mais vous voyagez, ou voyagerez peut-être (je vous le souhaite… au moins une semaine dans le sud !), et le Canada connait sa part non négligeable d’immigrants, qui apportent de temps à autres ces germes…

De plus, si vous travaillez dans le domaine de la santé, la vaccination de base est obligatoire anyway (quels sont vos objectifs de carrière pour ti-pout ? lol).

4- Et parce que les vaccins ne sont pas toujours parfaitement efficaces, et que tout le monde est protégé au max si un minimum de gens sont vaccinés, lorsque le nombre de gens vaccinés tombe en bas d’un certain %, la maladie refait surface, comme ça a pu être le cas avec la rougeole récemment. Alors il ne faut pas croire que « parce que tous les autres » sont vaccinés, votre ti-pout est ok. Et honnêtement, c’est assez égoïste de fonctionner comme ça.

5- Si les toupetits doivent être vaccinés aussi rapidement et aussi souvent, c’est que leur système immunitaire est tout jeune et qu’il a besoin d’être davantage stimulé (les premiers mois seulement) et si on est aussi pressés, c’est que c’est dans ces premiers mois que certaines maladies (bactéries/virus) frappent le plus durement et que les conséquences sont les plus sévères.

6- Souvent, les vaccins sont constitués d’une partie de virus (non pas du virus entier) mais suffisants pour stimuler le système immunitaire. Quelques uns, sont fait du « virus affaibli » qui n’est pas pentoute supposé donner la maladie, et qui lui aussi stimule le système immunitaire.  Les vaccins, n’affaiblissent pas le système immunitaire (je sais pas comment on peut arriver à cette conclusion) puisqu’ils sont fait pour faire fonctionner le système immunitaire, lui faire faire sa job, sa description de tâche, vous voyez le genre… dans l’objectif où le jour que vous croisez pour vrai ladite bibitte, le système immunitaire a déjà la recette pour répondre.

Il est vrai que parfois, la protection du vaccin est pas « aussi bonne » que celle d’avoir la « vraie maladie ». Mais ça, c’est si on survit ou dans quel état ont survit à la vraie maladie. C’est selon.

7- Les effets secondaires sont fréquents : chez tipout : Rougeur et douleur au site d’injection. Fièvre, irritabilité. Le « RRO » en donne pendant 1 semaine, si vous allez en voyage, attendez donc ou donnez-le plus tard… 🙂

Les réactions allergiques graves sont rares. Rares. Pis si ça vous arrive, ça va être dans les secondes suivant l’injection, et ça tombe bien, vous êtes à l’hôpital avec un docteur ou une infirmière. Et ça se traite très bien (la « réaction » est juste anxiogène pour les parents ;P). Et vous gagnez le droit de pas avoir ce rappel de vaccin là !

Le truc sur l’autisme, c’est FAUX. Le dude qui a publié ça s’est fait lancé des vieilles tomates pour avoir raconté n’importe quoi, et la revue (qui était loin d’être un navet) s’en excuse encore, plusieurs années plus tard. Plusieurs (plusieurs) études de plusieurs pays n’ont pas démontré de lien entre les vaccins et l’autisme.

Il existe d’autres trucs rares qui peuvent arriver, et qui sont spécifiques à chaque vaccins, (parlez-en à votre médecin !) mais des trucs comme un syndrome de guillain-barré, possiblement associé au vaccin de la grippe (vaccin optionnel chez poupon, si vous êtes vieux et cardiaque et que vous avez jamais fait de guillain-barré, gâtez-vous, vouz risquez davantage de mourir de la grippe) est un truc exceptionnel genre-1-10-sur-1-million-achetez-vous-un-6/49.

8- Il y a des vaccins plus importants que d’autres, si vous avez à prioriser. Comme le Rougeole-Rubéole-Oreillon serait un must. Les garçons qui se tapent « l’oreillon » peuvent finir stérile, c’est vous dire !

J’aurais aussi un faible pour le pentacel aka pediacel aka whatever qui protège diphtérie-polio-coquelueche-hémophilus infuenza-tétanos.  Parce que l’h. influenza est pas fin. Même chose pour le vaccin pour le pneumocoque.

9- Tous vos frères et soeurs et vous-même d’ailleurs avez survécu 100% sans problème à la varicelle ? Vous connaissez pas personne qui a eu de problème avec ça ? C’est fort normal, parce que c’est souvent le cas. En fait, c’est pas la varicelle qui donne du trouble, mais les 1000 trous dans la peau, qui peuvent s’infecter ou par lesquels les grosses méchantes bactéries et/ou virus rentrent et compliquent le tableau. Pis nous autre, on les voit, à l’hôpital, les gens qui compliquent leur varicelle, voire qui en meurent. Yiep.  Faque c’est pas pour faire cute qu’ils l’ont ajouté le vaccin, c’est parce que ca sauvait des vies, même si c’était pas aussi intéressant que les premiers vaccins cités.

10- N’oubliez pas, papa-maman, que vous autre aussi, vous avez à faire vos rappels de tétanos tous les 10 ans ! Parce que le tétanos, il y a pas vraiment de traitement, et que même si c’est plus rare que de la marde de pape, on est drôlement mal foutu si on attrape ça. Sauf si on est correctement vacciné 😛

Et papi-mamie, dès 60 ans, vous avez droit aux vaccins contre la grippe tous les ans, et contre le pneumocoque à 65 ans (une fois).  Ca nous permet de vous garder loin des hôpitaux plus souvent !

11- J’ai pas d’enfant, je ne peux pas me mettre à votre place d’avoir mon enfant à moi avec les décisions à prendre pour un être qui m’est cher. Je suis celle qui ramasse les pots quand ils se cassent. Et qui sait aussi que c’est toujours plus facile de voir ce qu’on fait de mal avec nos effets secondaires que ce qu’on a pu éviter avec nos campagnes de vaccins !  Mais il ne faut pas croire qu’on vit dans une bulle où nous sommes à l’abri de ces maladies…

Même si ce n’est que je souhaite que vos enfants pourront un jour voyager à travers le monde ! Et qu’à ce moment-là, ils leur faudra un minimum de protection…

right ?

Tout ca pour dire que… je ne pourrai pas vraiment répondre à vos questions… mais laissez-les, je le ferai dans un quelconque futur 🙂

Mais surtout, SVP, soyez aussi sage qu’à votre habitude… Je sais que c’est un sujet chaud ! Et je ne donne que mon opinion de rookie md… 😉 En espérant le tout minimalement utile.

Le soleil, c’est le diable

C’est pas parce que le soleil, c’est mauvais pour la peau, qu’il faut s’empêcher d’aller dans le sud pour relaxer à 100%.

C’est là que je vais être pour les 2 prochaines semaines. Et j’ai aucune idée du statut d’Internet là où j’irai… Ne vous en faites pas pour moi, donc, si vous n’avez pas de nouvelles…

cerveau en vacances

************************************

Je vais faire un bon petit médecin de moi, et que je pars avec une réserve assez imposante de crème solaire dans l’intention de pas bronzer pentoute.

Oui, vous avez bien lu.

Après tout, lorsque la peau bronze, c’est qu’elle crie sa souffrance et ses inévitables mutations, tous de petits potentiels de cancers !! Ca a l’air qu’il faut souffrir pour être belle ?!

Mais les choses étant ce qu’elles sont, pas question que je déambule en costume de bain avec un teint de vampire. Heureusement pour nous, les compagnies pharmaceutiques ont fait des miracles ces dernières années avec les crèmes auto-bronzantes, qui donnent un teint maintenant beaucoup plus uniforme, et donnant davantage dans le « bronzé » que dans le « orangé », si vous voyez ce que je veux dire…

Bon, vous me direz qu’à 15$ le tube, alors que le soleil est gratuit, ca peut être difficile à justifier pour le porte-feuille. Mais c’est à long terme que le coût peut être plus important !

Et pour celles et ceux qui ne peuvent pas s’empêcher de s’étendre au soleil et relaxer, avec peut être un petit drink bien glacé, sur le bord de la piscine ou à la plage… Rien ne vous empêche de vous gâter !

Mais de grâce, afin de vieillir en beauté (le soleil fait des rides !) et en santé (cancer-free !) appliquez généreusement votre crème solaire préférée de 25 à 30 minutes avant la grillade, et rappliquez de temps à autres (post sport/baignade/pour le fun) et évitez si possible les rayons entre 11h et 15h, alors qu’ils sont méchants-méchants…

Pour votre info, ils ont sorti FRS 70 cet année, et FPS 100 s’ent vient, genre l’année prochaine ! Juste pour vous donner un indice que FPS 30, c’est même pu pentoute tendance… (!)

Madame, votre homme fait son difficile ? Ou vous-même, la crème vous répugne ? Les crèmes en spray font de plus en plus d’adeptes !

L’été peut maintenant arriver ! 😉

Marie, MD

C’est aujourd’hui que je fais mon maudit gros-gras-italique examen. Vous allez penser à moi hein ?

Après ca, ca complète mon doctorat, et ca confirme mon statut de médecin.

Si je passe l’examen, bien entendu, mais ca a l’air qu’il y en a pas beaucoup qui coulent.

J’ai pas vraiment envie d’être l’exception à la règle !

**********************************

Je sais pu qui a demandé ca, mais MD, c’est du latin (quelle surprise !) « Medicinæ Doctor » qui veut dire Docteur en médecine.

Et aussi pour qu’on se couche tous moins niaiseux à soir (particulièrement important pour moi !), légalement parlant, il n’y a que les Docteurs en Médecine et les Docteurs en Médecine vétérinaire qui peuvent se faire appeler « Dr. Chose ».

Les autres dudes qui sont aussi assez nerd pour faire un doctorat dans tout autre domaine doivent écrire : « Chose, docteur en telautredomaine ». Tenez vous le pour dit.

Particulièrement l’ex, dr. en philo qui est vraiment un emmerdeur de première.

Comment mélanger les patients ben raide

L’aubergiste me demande de faire un billet sur la vaccination.  Après les études, je sais que je dois le faire. Le truc, c’est que c’est un sujet épineux, et on sait tous qu’un blog est plus ou moins le milieu idéal pour avoir ce genre de belle grande discussion.

Mais vous être tellement sage et respectueux à ce jour 😉  Ca viendra !

****************************

En attendant, voici comment on mélange les patients !

Un article parut dans la Presse d’aujourd’hui. J’adore la Presse. Et je me dirais « wow, elle cite un article de la revue Pediatrics« .

Mais soit elle a lu très vite l’article, soit elle comprend rien à l’eczéma. Une chose est sûre, c’est qu’elle fait des dommages… et c’est dommage !

Page A11 pour les lecteurs.

Bonjour Mme Galipeau,

Je voudrais apporter une correction à votre article « pour en finir avec l’eczéma ».

J’étais surprise, ce matin, à la lecture, de vos explications. Alors je suis allée vérifier moi-même l’article.

Effectivement, l’article que vous citez parle de surinfection de l’eczéma par une bactérie, et non de l’eczéma lui même qui est causé par une bactérie.

La peau normale est notre barrière contre les infections. L’eczéma agit en quelque sorte comme une porte pour faire entrer les bactéries, et si les bactéries s’installent, les lésions sont beaucoup plus importantes et impressionnantes !

Il est donc normal de voir que l’eau de javel (une demi tasse dans un bain de 40 gallons, pas seulement quelques gouttes), améliore les symptômes d’eczéma.

Non seulement, « Pour en finir », c’est fort, mais de rapporter des inexactitudes (en citant une bonne source) s’ajoute au lots de légendes urbaines et fait que nos patients se traitent mal, ou encore pire, traite mal leurs enfants, qui peuvent parfois fort souffrir de cette maladie.

Marie, wannabe MD
Qui fera son examen du conseil médical canadien dans 3 jours
Futur médecin de famille

STAT !

Dans la catégorie « on va se coucher moins niaiseux à souère »…

Cette question me vient de la soeur de mon amoureux lors du souper de pâques, qui veut savoir : «Ca veut dire quoi STAT ? On sait pourquoi les médecins le disent, mais ca veut dire quoi ?»

Ben, j’en avais aucune maudite idée, alors j’ai fais mes devoirs. Mais j’avais raisons sur une chose :

latinComme vous commencez à le savoir pas mal, bien des mots utilisés en médecine sont directement tirés du latin. (Entre vous et moi, c’est un peu ironique, puisqu’il s’agit d’une langue dite « morte », mouarf :P)

« Stat », ce tout petit mot de 4 lettres qui nous fait avoir l’air tellement cool et real quand on est externe, la première fois qu’on le dit n’échappe pas à la règle.

Alors qu’on l’utilise en contexte où nous avons besoin de quelque chose soit fait rapidement :

[Docteur] – Donnez-lui 1 mg d’ativan I.V. STAT !

On fait pas juste le dire pour avoir l’air cool : on doit aussi l’inscrire « Stat » tel quel dans la prescription !

Vous ne serez donc pas surpris d’apprendre que « Stat » vient du mot latin « statim« , qui veut dire « immédiatement ».

Ca a l’air que « ARRËTEZ LES PRESSES ! », ca vient aussi du latin « Arretum pressum ».  Bon, ok, là je dis vraiment n’importe quoi…

Le paradoxe de la médecine qui médicalise

Ce billet est en réponse au commentaire de Marie qui relate du paradoxe de la médecine qui médicalise… particulièrement présent en obstétrique, c’est connu !

Je vais clarifier mon point de vue malgré mon peu de temps.

Il serait tout à fait inadéquat de laisser supposer qu’un accouchement est meilleur parce que sans épidural et dans une maison de naissance, et donc plus « naturel ».

Ton accouchement, il a été meilleur parce qu’il a été comme tu le voulais.

Bien sur que c’est une belle chose d’accoucher. Surtout une fois que c’est terminé !

Si j’avais à le faire, je choisirais l’hopital, et l’épidural. Parce qu’après avoir vu plusieurs dizaines de femmes accoucher, je trouve que ca permet au mère de profiter davantage de cette expérience. Elles en profitent davantage pendant que ca se passe, elles peuvent voir ce qui se passe, toucher au bébé quand il sort (la plupart ne veulent pas !) et etre relativement reposée à la fin de tout ca !

Mais c’est mon avis personnel. Ce serait mon meilleur accouchement, parce que ce serait mon choix à moi.

Et bien entendu, ca n’enlève absolument rien à ton expérience.

Mais entre ces 2 choix, aucun d’entre eux ne signifie que personne n’est un meilleur être humain pour autant. Tant qu’on est capable de faire un choix juste et éclairé, c’est probablement ce qui reflète le mieux nos qualités.

J’ai aussi vu des sages-femmes à l’oeuvre, et c’est génial. Et j’ai vu des réanimations de bébé, ce jour là, peut être que les parents étaient content d’être à l’hopital… Où ils ont aussi accouché dans de beaux locaux, la lumière tamisé avec leur petite musique. Mais avec une infirmière et un médecin.

La médecine a permis de sauver un paquet de femmes et d’enfants qui seraient mort en couche. (Bien que maintenant, avec nos prouesses médicales, avec la néonat, on va peut être parfois trop loin, mais ca c’est un autre sujet…) [D’ailleurs, anecdote : c’est un médecin qui a regardé les sages-femmes à l’oeuvre qui s’est rendu compte que ca valait peut être la peine de se laver les mains avant d’accoucher les femmes, pour éviter les infections post-partum ! … heu, il y a vraiment plusieurs années de ca…]

C’est génial d’avoir la possibilité de pouvoir être suivie par une sage-femme, parce que ca veut dire que tout va bien. Car quand ca ne va pas bien, on se fait référer au médecin.

Et les gens réalisent rarement à quel point on demande la perfection des médecins. L’obstétrique est un des pires domaines pour ca ! On ne veut pas que ca aille mal ! On ne veut pas que ca aille mal, mais on ne veut pas médicaliser ? Pourtant, quelque part, il faut un juste milieu.

Et si les médecins fonctionnent avec des techniques qui ont fait scientifiquement leur preuves, c’est pour garantir qu’ils offrent une médecine dans les règles de l’art. Parce que c’est ce que le public attend de nous. Nous nous devons de mériter votre confiance. C’est une lourde responsabilité ! Et les médecins ne sont d’abord que des êtres humains… Oui-oui ! ;P

Si on le pouvait, on n’accoucherait que des beaux bébés tout rose. Mais on prévoit toujours le pire. C’est en prévision du pire qu’on « médicalise »… Mais idéalement, seulement ce qu’on a besoin.

Même si, à la fin, l’accouchement ne se passe pas comme on veut : finir en césarienne par exemple… comme tu l’as si bien dit… le plus important, dans tout ca, c’est d’avoir des bébés le plus en santé possible !

********************************************

J’ai tellement vu des mères capoter parce que tel détail se passait pas exactement comme il faut ! C’est fou comment Murphy a tendance à s’occuper des femmes qui ont un plan de naissance qui fait plus que 2 lignes… je dis ca de même 😉

********************************************

Ceci étant dit : tu dis que la grossesse n’est pas une maladie. En fait, on fait beaucoup de jokes avec ca, dans nos cours d’embryologie et d’obstétrique, parce qu’un foetus se comporte à quelques détails près comme un cancer pour le corps de sa mère…

Les vrais coûts de la césarienne

Il y un peu trop longtemps de ca, Marie-So me demandait : «N’y a-t-il que des raisons $$$ pour ne pas offrir des césariennes (pratique, et moins douloureux) aux futures mamans ou s’il y a s’autres raisons plus profondes et scientifiques ?»

Vu que je suis justement en train d’étudier ma gynéco-obstétrique, c’est le moment parfait, Marie-So, pour répondre à ta question.

Cependant, il ne faudrait pas croire que je suis l’experte dans le domaine, mais je vais répondre au meilleur de mes connaissances !

Et je voudrais que ce soit bien clair que mon petit texte n’a pas la prétention de faire freaker le monde sur les césariennes. Si vous être en train d’accoucher et que votre médecin vous envoie en césarienne, c’est que c’est probablement la meilleure chose à faire pour bébé. Et c’est pas le temps de penser aux complications possibles à ce moment-là !

********************************

Tout d’abord, il ne faudrait pas croire que la césarienne est moins douloureuse ! Si on peut passer moins de temps dans l’accouchement en soi, le temps de récupération est beaucoup plus important ! Et on s’entend-tu qu’une fois que bébé est arrivé, c’est pas là que ca te tente d’avoir à récupérer d’une chirurgie ?!

J’ai tellement vu de femme accoucher dans le bonheur avec une épidurale, si on ne veut pas trop souffrir pendant l’accouchement et récupérer PAS MAL PLUS VITE, ce serait ma recommandation. Bon, évidemment, ce ne sont pas toutes les épidurales qui fonctionnent parfaitement (parfois elles pognent pas assez, des fois un peu trop) ou qui arrivent à l’heure !! Mais reste qu’on s’en sort plus vite qu’une césarienne !

Ensuite, il faut comprendre qu’une césarienne est une intervention chirurgicale. Et bien qu’on soit bien meilleurs qu’il y a 1 siècle (hahaha) il reste toujours des risques liés à une chirurgie, et que si on compare à un accouchement vaginal, ils sont généralement plus élevés.

Un exemple simple, c’est qu’on s’attend à ce qu’une femme perde 2 fois plus de sang lors d’une césarienne (soit 2 tasses versus 4 tasses ! et que ce soit tout à fait normal !) Il y a ensuite les risques (présents, mais pas fréquents !) lié à l’anesthésie, d’infection de la plaie, des risques de trauma aux organes adjacents (vessie, intestin, utérus lui-même) (désolée, je n’ai pas de chiffres).

En plus, la césarienne ne nous épargne même pas la descente du plancher pelvien !  Tout ce qu’on pourrait éviter, en fait, c’est les lacérations du col (plus rare) ou vaginales , qui sont assez fréquentes, souvent superficielles, mais se rendent rarement au « 4e degré » soit à l’anus.

Surtout que suite à une césarienne, les grossesses suivantes peuvent être plus compliquées (rarement, mais ca arrive !) : par exemple, le placenta s’insère sur la cicatrice et doit être décolé par le médecin, l’utérus peut fendre sur la cicatrice (certains types de cicatrices qu’on utilise pu vraiment, justement à cause de ca). Et donc, ce n’est pas à négliger !

Où j’ai fait mon stage, à l’Hopital Ste-Justine pour ne pas le nommer, je n’ai jamais vu un patron offrir d’emblée sur césarienne à une femme en santé et sans risque ! Parce que l’accouchement vaginal reste médicalement le meilleur choix la plupart du temps.

Maintenant, il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles on va vouloir finir en césarienne. Souvent, c’est qu’on a eu une césarienne dans le passé, et qu’on s’inquiète des risques mentionnés plus haut. Mais souvent, l’accouchement vaginal est possible, et préféré !

La césarienne reste et demeure une intervention nécessaire si le bébé est en détresse ou si le placenta décole par exemple, ou en cas d’anomalie congénitale, ou si maman à une maladie qui l’empêche de pousser !  Mais aussi si bébé est trop gros pour les hanches de maman, s’il y a présentation par le siège, si maman est trop fatiguée après un travail prolongé, ou simplement si elle a une poussée active d’herpès génital et qu’on ne veut pas transmettre au bébé 🙂

Il est vrai que nous vivons dans un monde où les ressources financières ne sont pas infinies. Et si offrir des césariennes à toutes celles qui le désireraient ne serait pas un désastre en soi, honnêtement, ce ne serait pas non plus de la bonne médecine, puisque ca signifierait d’exposer les patientes à davantages de risques non nécessaires.

J’espère que ca répond à ta question !

In constipation, l’extremis

Avec ma patronne de rhumato, nous visitons une patiente dans sa chambre à l’étage.

Nous avons été demandé par son médecin traitant car cette dernière est supposée souffrir de douleurs articulaires aux épaules.

Pourtant, oh surprise, la patiente nous apprend qu’elle ne souffre pas du tout de douleurs aux épaules.

En fait, elle serait davantage troublée par ses problèmes de constipation. Ce qui, honnêtement, en tant que consultant en rhumatologie, on s’en fout un peu pas mal.

Mais c’est qu’elle est vraiment préoccupée par sa constipation. Vraiment.

Au point où on réalise que son discourt cache peut être aussi une petite démence. Genre.

Ce qui expliquerait aussi peut être que tout à coup, la patiente ait oublié qu’elle a des problèmes aux épaules !

Ma patronne, toute professionnelle qu’elle est, débute néanmoins l’examen physique, en commencant par la main gauche. Mais s’arrête assez rapidement. Elle annonce, promptement:

[Patronne] – Je vais différer l’examen.

Si on apprend, en médecine, que l’examen physique ne sert qu’à confirmer nos suspicions soulevées lors du questionnaire, ce jour-là, nous avons eu notre leçon.

merde1La patronne n’avait pas sitôt prit la main de la patiente que nous avions compris l’importance et …l’étendue… de son tourment.

Ses doigts avaient en quelque sorte souligné en gros-gras-italique ce que la patiente avait pourtant tenté de nous faire comprendre : elle était constipée. Et, de ses doigts, elle avait… comme qui dirait… tenté de résoudre son problème.

Et ben, merde.

(Heureusement, on porte des gants pour les examens physiques)

Appel aux e-colo-mamans

Dans le cadre de mon stage de dermato, je fais une présentation sur les rash de couche.

Mes premières lectures d’études parlents de l’amélioration des technologies des nouvelles couches qui permettent si merveilleusement d’éloigner rapidement et efficacement le méchant pipi des fesses de bébé, un des responsable de l’irritation.

Ils parlent évidemment des couches jetables…

Je voudrais alors avoir votre avis sur les couches réutilisables… et savoir comment ca se passe avec le popotin de vos chérubins. Encore mieux si vous avez eu l’expérience des 2 !

J’ai besoin de vos commentaires d’ici lundi.

Je fais tirer une paire de bas format bébé parmis les participant(e)s !! 

Faire semblant de sauver du monde pour vrai

J’ai passé la fin de semaine à faire mon cours de secouriste avancé.

En gros, on a fait semblant de faire les vrais, à crier  « Donnez-moi 1 mg d’épi push. 150 Joules. Je suis clair, tout le monde est clair, je choque !!! »

Je suis revenue à la maison stressée de mon réanimation bootcamp. Et c’est pas une bonne nouvelle que je mélange les noms des médicaments qui commencent par la même lettre…

PDFN, quelle clairvoyance… les nouvelles recommandations prévoient d’aller directement au nombre de joules max plutôt que jouer à perdre son temps à incrémenter allègrement de 100, à 200 à 300 joules, comme dans les films ! Malheureusement, les nouvelles machines full techno demandent que 150 joules, ca a l’air tellement moins puissant… 🙂

Pour une heure de pointe réussie

Les statistiques sont parfois très utiles, même pour les plus désespérés d’entre-nous…

Dans une présentation du Coroner, nous avons appris que parmi les gens qui tentent de se suicider en se pitchant devant le métro, seulement 10% « réussissent » leur coup.

J’ai été surprise du faible taux de réussite.

Et de manière très ironique et un peu macabre, j’ai cette envie de vous transmettre ces chiffres. Afin d’en surprendre certains, ou peut être dissuader d’autre d’utiliser cette méthode.

Parce qu’aussi, pour les 90% qui survivent à l’événement, aucun ne retentent l’expérience. Alors qu’ils étaient pas mal amochés psychologiquement avant, ils se retrouvent tout autant physiquement après. Sinon plus.

*************************************

Avant de commettre l’irréparable :

logo_sam

samcoordo

Laissez-nous vous aider.

Le chum du Docteur

Mon amoureux est à la pharmacie pour une prescription d’antibiotique.

La pharmacienne lui explique la prescription, quand et comment il doit prendre ses médicaments, qu’il doit les prendre en entier, quelques effets secondaires possibles, etc. Elle fait très bien sa job quoi !

[Pharmacienne] – De toute manière, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous appeler.
[Amoureux] – Bah, de toute manière, si j’ai des questions, j’ai accès au CPS.

Le CPS, c’est comme la bible des Pharmaciens, avec toutes les informations sur les médicaments, et même plus. Que je voye mon amoureux (on n’importe qui non initié !) lire ce truc indigeste. Même moi j’ai de la misère à m’y retrouver…

[Pharmacienne] – Ah oui ? Vous être infirmier ?
[Amoureux] – Non, ma blonde est médecin.

[Pharmacienne] – Ah ca c’est pratique quand vient le temps de se faire conseiller !
[Amoureux] – Pas pentoute ! À chaque fois que je lui demande si tel truc est normal, elle me dit « T’es en train de mourir !! ».

[Pharmacienne] – Hahahahahaha !

Effectivement, c’est la manière que j’ai trouvé pour diminuer le nombre de requête d’origine familiale 😉

Ayoye, tu me fais mal ! – Part II

Le patient avait une douleur thoracique. Il avait eu la présence d’esprit de se présenter à l’urgence. Surtout qu’il a « eu un malaise » (lire « perdre connaissance ») dans la salle d’attente…

Il y a quand même pas meilleure place pour se taper une crise cardiaque que drette à l’urgence, quand on y pense… En tout cas, c’est à l’hopital que les chances de survie après une réanimation cardio-respiratoire sont les meilleures…

rcrJ’arrive dans la salle de réanimation (c’est là qu’ils mettent les patients les plus mal en point, vous l’aurez deviné…) alors que les manoeuvres de réanimation sont déjà bien entamées.

(Il ne faut pas se leurrer… la place de l’externe dans le processus est vraiment très accessoire, quasi décorative. Ca c’est quand on n’est pas dans les jambes ! Si le patron se souvient tout à coup de notre face, on aura peut être l’occasion de pratiquer une manoeuvre !!! Mais notre tâche consiste principalement à écouter et à regarder ce qui se passe – ce qui voisine dangereusement le voyeurisme – et à « apprendre sur le tas » ce que c’est, le beat d’une réanimation… Et avec un peu de chance, on pourra pratiquer notre technique d’intubation sur le dude. Une fois « les manœuvres arrêtées* »… et qu’on ne pourra pas faire plus de mal.)

Le patient a déjà recu une première décharge, et il reprend graduellement conscience. Il « répond au stimuli douloureux ». Mais malgré qu’il ait recu différents médicaments, son rythme cardiaque reste rapide et erratique.  Le patron décide alors de le « choquer » à nouveau :

[Patron] – 200 Joules. Dégagez.
****Décharge électrique****
[Patient] – Oummphhh !

Et moi je me dis : merde, c’est le patient qui vient de faire ce bruit là ? Ouille !

Malheureusement, le rythme cardiaque reste le même. D’autres médicaments sont donnés, et on rechoque… Patient encore un peu plus conscient…

[Patron] – 300 Joules. Dégagez.
******Décharge électrique******
[Patient] – Ouuummpphhhhh !!!

Fff ! C’est que ca doit faire mal !

Heureusement, avec la médication donnée, je doute que le patient se souvienne de l’épisode de la « table électrique ». C’est d’valeur, peut être que ca l’aurait motivé à arrêter de fumer pour améliorer ses facteurs de risques cardiaques ? 😛 Parce que oui, pour votre information, on l’a sauvé, celui-là 🙂

Et j’ai pas eu à l’intuber 😉

*Quand on sait qu’il est mort et qu’il n’y a plus rien à faire…

L’urgence de nuit

Shift 2 de 4 sur mon stretch de nuit à l’urgence. J’ai mon horaire de sommeil tout fucké et comme l’an dernier, alors que je travaillais de nuit en gyneco, je n’arrive qu’à manger mou la nuit ! Vivement le pudding au chocolat 😛

Je ne sais pas si c’est à cause du temps des fêtes, ou du shift de nuit, mais ya une grosse proportion de monde saoul à l’urgence. Saoul qui se sont peté la gueule sur la glace (bien qu’on n’a pas besoin d’avoir les facultés affaiblies pour ca ces temps-ci) ou saoul qui conduisent leur char (félicitation).

En tout cas, je pratique mes points de suture comme jamais, ayant entre autre doublé le nombre de mes points en carrière, sur le cuir chevelu d’une dude qui s’est fait ouvrir la tête…

Je n’envie certainement pas les infirmières qui doivent appeler les proches de ces gens-là, particulièrement à ce temps-ci de l’année.  Messemble que c’est pas génial, pour un parent, de savoir que ton enfant est à l’hopital pour un accident d’auto. Et que c’est toute une expérience de recevoir cet appel là à 3h du mat… « Joyeux Noel »…

Une chose est certaine, c’est que je vous souhaite de joyeuses (et meilleures !) fêtes à vous, mes e-lecteurs. La santé à vous est à vos proches pour 2009 !  🙂

L’orgueil

fracture_hancheAvec la neige nouvellement arrivée, jeunes et moins jeunes se retrouvent les 4 fers en l’air.

Mais c’est pour les moins jeunes que c’est drôlement plus plate.  C’est souvent une manière (vraiment assez très poche) de découvrir qu’ils font de l’ostéoporose… « YAY, une fracture ! »

Fracture ou pas, les chutes sont une raison de consultation fréquente chez les personnes agées, et les causes peuvent être multiples. Et souvent, ils ressortent de l’hopital avec une prescription… de marchette.

Que ce soit la canne ou la marchette, ou même le pilulier (le calendrier qui contient les pilules), même quand on explique que ca éviterait des fractures de hanche, des saignement dans la tête et des retour à l’hopital, et même un placement en résidence (!!), c’est trop souvent une claque sur la gueule.

*********************************

Je suis à l’urgence. Ma patiente à l’age tout à fait respectable de 94 ans. Si elle n’a pas toutes ses dents, elle a encore suffisamment d’esprit pour me raconter pourquoi elle est ici.

Elle était très étourdie et a faillit tomber…

Ce n’est pas son premier épisode en plus. Et dans son dossier, c’est écrit bien clairement : la patiente est catégorique, elle ne veut rien savoir d’une marchette.

Alors que je termine ma rencontre, je dois quand même faire ma vente de marchette. Parce que j’y crois…

[Wannabe Dre Marie] – J’ai vu dans votre dossier que vous ne vouliez rien savoir d’une marchette. Pourtant, ca pourrait vous aider (blablabla)
[Patiente] – Une marchette ! Pas question ! Et c’est pas une question d’orgueil… C’est que, c’est comme… Si j’avais une marchette, c’est comme si je perdais… … … j’ai pas le mot exacte là.
(Quand je vous dis que j’ai du plaisir avec mes patientes droles…)
[Wannabe Dre Marie] – Je pense que je comprends de quoi vous voulez parler. Vous ne voulez pas de marchette parce que ca vous ferait perdre votre sex-appeal.
[Patiente] – Pffffffahahaha ! Mon sex-appeal, ca fait vraiment longtemps que je l’ai perdu…
[Wannabe Dre Marie] – A mon avis, le mot que vous cherchez, c’est quand même un peu orgueil.

Incertitudes, frustrations et le temps qui passe

Le (très) long parcourt de la fac de médecine est parsemé de frustrations.

Même si depuis le début de mon externat, je vois mes connaissances évoluer énormément, je réalise aussi la quantité de chose qu’il me reste à apprendre.

reflechir1Il a fallu pendant 3 ans m’emplir la tête de théorie et apprendre à faire un examen physique complet.

Maintenant à l’externat, si je suis capable de questionner et d’examiner adéquatement un patient, ce qui me permet généralement de trouver ce qu’il a (ou en fait, de supposer fortement ce qu’il a), je suis davantage en processus d’apprendre quels examens ou laboratoires prescrire, et finalement, quels traitements. Ce qu’on appel la « Conduite à Tenir ».

Devant l’éventail de possibilité, c’est fort embêtant… Une caméra ou un Scan ? Quels laboratoires choisir ? (Je les cocherais bien tous, mais ca couterait cher pour rien 😀 ) Quel antibiotique prescrire ?

Il y a toujours la procédure à suivre, selon les règles de bonne pratique médicale. Mais bon, voilà, chaque problème a ses bonnes pratiques, et je ne les sais pas toutes !

Et chaque jour, j’ai un paquet de trucs nouveaux que je n’ai jamais vu ou jamais entendu parler…

Je vois le temps avancer, je réalise que le 1er juillet, je vais être docteur pour vrai. Bon, médecin-résident, mais médecin quand même. Et d’ici là, j’aurai mon examen de fin d’étude à passer (le LMCC pour les intimes) et avec mon horaire actuel (et mon état mental, devrais-je préciser), j’ai toute la misère du monde à m’installer pour me remettre frais en mémoire ma gynéco, pédiatrie, chirurgie, med interne, psychiatrie, etc… (Comment ca se fait que je me souviens quasiment rien de ma foutue ped, hein ?!?!)

S’ajoute à cela les demandes de résidences, qui sont complétées, mais dont les entrevues ne seront faites que fin janvier, et les résultats que début mars. Je ne saurai dont qu’en mars où je vais avoir « pas-de-vie » les 2 prochaines années… (comme si ce n’était qu’un détail)

Heureusement, quand je discute avec mes collègues, je me rends compte que ce sentiment d’incompétence (un peu trop fréquent à mon gout), de ne pas avoir envie de se présenter à l’hôpital le jour de garde de tel patron… et parfois même de se demander si on a fait le bon choix de tout sacrer là pour s’en aller en médecine… est assez partagé.

Je sais bien que plusieurs autres avant moi sont passés par là et ont survécus ! Mais merde, j’ai encore bien du travail sur la planche… Et après avoir gouté à la vie de grande personne pendant 4 ans, la vie (et position)d’étudiante est… somme toute, assez frustrante…

etudiant