Grande fascination

Dans l’aile où je travaille, il y a une patiente qui est complètement fascinée par moi.

C’est une toute petite vieille avec sa marchette. Et à chaque fois qu’elle me croise dans le corridor, elle est toute souriante, émerveillée (prendre la voix en conséquence) :

[Patiente] – Ouaaaaaa, ce qu’elle est graaaaande !

Ce soir, alors que je donnais mes dernières instructions à l’infirmière avant de quitter, ladite patiente me croise au bureau principal.  À son habitude, elle réitère :

[Patiente] – Vous êtes vraiment grande ! Vos parents devaient être grands hein ?
[Wannabe Dre Marie] – Mon père, oui, mais pas ma mère. Ma mère n’est pas très grande. Mais vu qu’elle était tannée de monter tout le temps sur un tabouret pour atteindre la dernière tablette, elle s’est dit qu’elle ferait des grands enfants.
[Patiente] – Ah, ben oui ! Moi aussi je dois toujours monter sur un tabouret, c’est fatigant !
[Wannabe Dre Marie] – Ben voilà, le truc, c’était de faire des grands enfants.
[Patiente] – Hehehehe. En tout cas, les chinois ont pas compris ca !

Marrant.

En tout cas, c’est pas tous nos patients gériatriques qui sont complètement confus !

Les reliques du passé

Il y a un truc que je garde de mon enfance que j’adore. C’est un cahier qu’on m’avait donné alors que j’avais été hospitalisée à Ste-Justine.

Bin non, c’est pas ca qui m’a donné l’goût de m’orienter dans le domaine, mais juste de me voir écrire comme une retard, je trouve ca vraiment mignon…

Et je sais pas pour vous, mais des souvenirs de moi à cet âge là, j’en ai pas beaucoup (j’veux dire, d’actuels souvenirs dans ma tête !). Mais ya un truc dans ce cahier qui me fait vraiment tripper à chaque fois que je tombe dessus (à part évidemment d’avoir à regarder les photos des docteurs des années 80 avec des mégas lunettes et des favs de la mort).

C’était, on s’entend, un cahier d’activité… Une des activités était « Quelle question voudrais-tu poser à ton médecin ? ». Marie, 5 ans, même pas wannabe rien, vous pouvez vous imaginer qu’elle en a aucune idée. Alors évidemment, je me tourne vers ma mère, qui, comme vous le savez tous, est une source de sagesse infinie.

Si je ne me souviens pas grand chose de cette époque là, en tout cas, je me souviens d’avoir rit en masse de cette question là. Assez pour l’avoir noté dans mon cahier : (cliquez pour agrandir)

Que j’en vois pas un p’tit criss me demander ca 😀

La preuve

Plusieurs années plus tard… alors que j’étais dans les cadets (avec maman papoute… le bon vieux temps), j’avais une amie qui s’appelait Anouk. Elle habitait pas trop loin de chez moi et on s’entendait bien. Sa mère aussi était assez sympa, même qu’on avait passé une fin de semaine à son chalet. Anyhoo…

Un jour qu’on est chez elle est qu’on passe à travers des vieilles photos, on tombe sur les photos de maternelle de sa soeur. Mais sur la photo, ya aussi moi dessus.

[Marie] – Woa, tu veux dire que Geneviève, là, c’est ta soeur ? C’était ma meilleure amie à la maternelle ! Et un jour, elle a juste disparue…

En fait, je me souviens d’un autre truc de cette époque là, et c’est d’avoir demandé à ma maman, dans toute mon innocence, c’était quoi le cancer du sang.

Parce que ma meilleure amie de la maternelle, elle était pas disparue, elle était morte de la leucémie.

Mais elle avait bel et bien été ma meilleure amie…

(Je me souviens de ma mère, super concentrée dans sa vulgarisation du cancer expliqué à son enfant… je l’interromps : « C’est CA le cancer du sang ?! » – « Ah, je pensais que tu avais dit «cancer du sein» »…)

« Donnez, vous recevrez »

C’est connu, les enfants sont de véritable réservoirs (et vecteurs) à microbes. Surtout s’ils vont à la garderie. Il faut bien qu’ils montent leur système immunitaire !

Pas étonnant qu’on les vaccine contre la grippe… alors qu’on vise entre autre à protéger leur entourage 😛

C’est connu que dans notre stage de Pédiatrie, nous aussi, on met notre système immunitaire à l’épreuve. C’est pour ca que je suis enrhubé et je tousse pratiquement depuis le début de mon stage. Pourtant, je me lave très souvent les mains et blablabla. Des fois, c’est juste pas assez…

kleenex.jpgDepuis mercredi, c’est pire que pire. Toux et bronchospasme (asthme, tsé), au point ou j’arrive toute essoufflée chez moi le soir (sans oublier misérable, douleur au thorax et mal de tete : une vraie grippe d’homme !) Cette nuit, j’ai du me lever pour prendre mon ventolin en plein milieu de la nuit ! Mentalement, mes jeunes patients se vengent du même traitement que je leur fais subir…

Donnez et vous recevrez qu’ils disaient. C’est ca la pédiatrie…

Cheap is beautiful

Il y a outrageusement trop longtemps de celà, Lucie (gaga, mais avertie) m’avait demandé de lire et commenter son billet sur le « lait maternisé ».

À l’époque, je sortais tout juste de gynéco/obstétrique et tout ce qu’on avait eu comme information concernait l’allaitement maternel… et ses complications (Au Québec, 70% des femmes allaitent, et plus que la moitié vont expérimenter des problèmes…). Sur le moment, donc, je ne savais pas quoi répondre, et j’étais effectivement un peu étonnée de ne pas avoir eu d’information sur l’alternative à l’allaitement, right ?

J’ai eu ma réponse la semaine suivante, alors que j’étais en pédiatrie… où j’avais un cours sur la nutrition de l’enfant 🙂 Pas étonnant que Lucie soit un peu perdu dans tout ca, je suis sortie de mon cours avec une grosse tête, trop de choix !

Je m’étais promis de lui pondre quelque chose. Même si faire des « recommandations » sur Internet, c’est pas toujours facile. Je sens toujours que je dois faire extra attention à ce que je dis alors que je suis loin d’être l’experte…

…et disons que si j’avais un peu de difficulté à trouver du temps pour m’assoir et étudier, imaginer pour résumer un texte :S

Mais, Lucie, j’espère que tu ne m’en veux pas. J’ai quand même pensé à toi à chaque fois que j’ai entendu parler de formule pour bébé. Et j’ai eu ma réponse hier, de ma Patronne pédiatre qui parlait de son expérience avec ses enfants :

[Dre Pédiatre] – Les gens se cassent vraiment la tête avec les formules. Moi j’achetais celle qui était en spéciale cette semaine-là à la pharmacie. Tant qu’elle est supplémentée en Fer, ca faisait la job.

Voilà ! 😉

Et tu avais raison Lucie, tout ce qui est de spécialité, c’est pour les bébés avec des problèmes.

biberon.jpg

Tant qu’à être dans le sujet… Les mamans se sont fait rabattre les oreilles un million de fois sur les bénéfices de l’allaitement. Et c’est une des questions d’examen qui revient à tous les ans. Oh oui, il n’y a absolument rien qui remplace l’allaitement, et quand je vais être grande, je vais le recommander exclusivement pour les 6 premiers mois de vie etc.

Mais je vais aussi dire aux maman qui auront fait un véritable essaie honnête pis que ca chie… Ben ya les formules pour bébé. Et comme un de mes collègues disait « la moitié de notre classe a bu du lait maternisé, on a tous survécus, pis on est pas plus con ».

Que de sagesse…

Maman chérie

Ma maman a son anniversaire de naissance tout près du temps des fêtes.

buchedenoel.jpgQuand elle était jeune, sa maman faisait toujours 2 buches de Noël. Une pour les fêtes, et une pour la fête de ma maman.

Aujourd’hui, il faudrait pas espérer faire une buche en gâteau d’anniversaire à ma mère. A va pas la trouver drôle même pas un ti peu pentoute. Ceuze dont la fête est en même temps que Noël ou le jour de l’an le savent, qu’il se font souvent voler leur fête toute leur vie…

Il y a quelques années, donc, on a décidé de faire nos fins, et de lui faire « d’autres genre de gâteau d’anniversaire », en faisant les fêtant les fêtes de l’année dans l’ordre 😛

Commençant évidemment par la St-Valentin.

Alors on lui fait un beau gâteau en forme de coeur, et dessus, on a écrit :

M A M A N
C H É R I E

Les invités, le souper, le gateau, les chandelles, la chanson, le souhait, elle souffle sur les chandelles, tout le tra la la. Couteau en main, la fêtée coupe la première pointe, direct dans la pointe du coeur…

Et c’est comme ca qu’on se retrouve avec notre beau gâteau en forme de coeur-moins-la-pointe, où il est maintenant clairement écrit :

M A M A N
C H I E
Ça ne s’invente pas.

 

Retour aux sources et sagesse maternelle

carottes.jpgQuelque temps avant de faire mon grand saut pour la médecine, j’étais dans un vague mouvement philosophico-existentialiste ou j’avais une urgente envie de me reconnecter avec les « vraies affaires de la vie ». Je ne voulais pas faire grano… mais je trouvais que le domaine de l’Internet, bien que ben l’fun pis ben utile (mon blog serait un drôle d’endroit pour me plaindre, lol), j’avais l’goût de trouver quelque chose d’un peu plus terre à terre dans différents aspects de ma vie…

[Marie] – Tsé m’man, c’est terrible ! Le monde savent pu comment rien fonctionne pour vrai… Si la fin du monde arrive demain, je peux ben faire pousser des carottes, mais je saurais même pas comment les garder toute l’hiver ! Messemble que c’est poche que je sache pas ca. Comment vous faisiez pour les garder toute l’hiver les carottes dans le temps ?

[Mère plein de connaissance et de sagesse] – A part les conserves, on avait un grand bac au sous-sol avec du sable dedans, pour les garder au frais et au sec.
(pause) Mais si la fin du monde arrive vraiment, je te souhaite de t’étouffer avec ta première carotte.

Ah ! La sagesse d’une mère…

Dans les dents !

Été 2006, alors que je logeais à la chic Citadelle de Québec pour mon stage à Valcartier, j’avais pris l’habitude d’appeler mon monde à frais viré. Je vous dis si c’est chic la Citadelle, y’a même pas de téléphone fourni avec la chambre ! lol

Ca faisait alors presque 2 semaines que je n’arrivais pas à rejoindre ma maman-chérie, parce qu’à chaque fois que j’appelais, elle n’était pas là. Évidemment, je ne pouvais pas laisser de message sur le répondeur, et l’afficheur n’allait pas non plus confirmer que j’avais au moins tenté de la rejoindre. En gros, j’étais pas du tout en train de passer pour une bonne gentille fille alors que j’avais fait ce que je pouvais (pour une fille gratteuse, du moins).

Après plusieurs jours et multiples tentatives infructueuses, donc, j’arrive à rejoindre ma mère. Évidemment, c’est quand même une bonne maman : pas trop du genre à me faire une crise quand même là. Mais alors que je sens poindre un soupçon de reproche dans ses propos, je lui propose une alternative :

[Marie] – Tu sais maman, si je n’arrive pas à te rejoindre, tu iras voir sur mon blog.
[Ma mère – insultée] – Pffff !

V’la tu pas que ma mère est insultée, comme si je lui avais proposé de substituer mes appels hebdomadaires par la lecture d’un journal à potin pas de classe…

[Marie] – Aye ! Je me suis donné la peine de raconter mes aventures et j’ai posté mes meilleures photos ! Pis c’est juss en attendant là, j’vais t’appeler pareil…

crevette.jpgQuelques mois plus tard, alors que ma soeur et ma mère étaient chez moi, on se bourrait la face dégustait une mousse de crevette que ma mère avait fait, une de ces recettes de notre enfance qui fait bon dans la gueule…

Ma soeur et moi, on avait de la misère à arrêter. Comme les mères aiment si bien dire « on allait se gâcher l’appétit » (et asteur qu’on est grand, qui va nous arrêter, je vous le demande…).

[Soeurette] – C’est tellement bon Maman ! Je veux que tu me donnes la recette !
[Ma mère] – Tu iras sur mon blog.

Dans les dents.

[Le coloc – impressionné – mais comprend pas] – Hein ! Ta mère a un blog !!!
[Marie] – HAHAHAHAHA ! Franchement la mère ! Tu mériterais juste qu’on t’en parte un !
[Soeurette] – !?!

En tk, si ma mère se part un blog avec ses recettes, je vous tiens au courant 😉

Alcool – Une question de perception #3

Il y a de celà un an. J’arrive chez ma mère pour un souper de famille. Je suis un peu d’avance, afin de l’aider avec les derniers préparatifs.

[Ma mère] – Si tu veux quelque chose à boire, t’as juste à te servir dans le fridge. J’ai de la bière. À moins que tu veuilles un verre de vin ?
[Marie] – Dé-gueu. T’as-tu du ginger ale ? (ouvre le fridge) AH ! M’man ! Kess tu fais avec de la Cold Shots ?!?
[Ma mère] – Quoi, la bière ? Qu’est-ce qu’elle a ma bière ?
[Marie] – T’es sérieuse ? As-tu vu les annonces de cette bière là ? C’est comme qui dirait pas de la bière de matante. C’est juste un peu trop « cool » là… Y a tu gouté ? Pis c’est quoi le pourcentage d’alcool là dessus ?….
[Ma mère] – Aye, j’ai le droit d’acheter la bière que je veux bon. Prend donc ton ginger ale là pis laisse moi tranquille.

Je me sers donc un verre de Ginger Ale (comme ca je fais croire aux autres Grands que je bois de la bière) et je termine les dernières tâches avant l’arrivée des invités. Lorsque ma soeur se pointe, ma mère lui suggère à son tour de se servir, à sa guise, du breuvage de son choix. Sur quoi elle ouvre le frigidaire :

[Soeurette] – AH ! Kess tu fais avec de la Cold Shots ?!?
[Ma mère] – LAISSEZ-MOI VIVRE !!!
[Soeurette] – ???
[Marie] – pfff ! J’te l’avais dis !

(en tout ca, les Cold Shots, elles ont trainées dans le fridge, intouchées pendant un an. Elle a jamais voulu y gouter ca a l’air)

Give it up to Mom

J’invite ma très chère maman au restaurant pour mon dernier souper de vacances. Et pas n’importe quel souper, j’avais vraiment envie de souligner l’évènement par quelque chose de chic and swell.

Je me prépare donc en conséquence avec mon look de grande personne. Alors que j’embarque dans l’auto, j’ai le drôle tableau de ma mère, habillée elle aussi en conséquence, qui écoute avec un volume non négligeable Sean Paul à la radio… Elle me surprendra toujours.

[Marie – glisse subtilement dans la conversation] – So. T’aime ca toi Sean Paul.
[Ma mère] – Ouais, je trouve ca pas pire. Je sais pas trop d’où ca vient comme musique, mais c’est bon.
[Marie] – Ah ouin hein. En tout cas, on peut pas dire qu’on comprend vraiment ce qu’il dit.
[Ma mère] – Ben, c’est bon pareil.
[Marie] – Mais je suis pas mal sure que ca parle de légalisation du pot. (Et je prends un ton moralisateur) En tout cas maman, j’trouve que t’écoute de la drole de musique moi, je sais ben pas comment tu vas finir…

J’ai toujours un plaisir fou à sortir des niaiseries pareilles à mes parents. Surtout qu’ils ont eu la décence de pas me faire la morale à l’adolescence alors que je commencais à écouter du métal.

Mais bon, Sean Paul ? Quelqu’un peut m’expliquer ce qui arrive à ma pauvre mère ?!?

My lucky year ?

Dans quelques jours, ce sera mon anniversaire. (Je sais pas s’il va y avoir des p’tits sandwichs et des cornichons sucrés, parce que c’est ma soeur qui s’occupe de tout. Faudrait lui demander à elle. De toute manière, ce n’est pas l’intention première de mon intervention… revenons à nos moutons…)

Le 29 janvier pour être plus précis. Il me reste donc que quelques jours à avoir 29 ans. Vous savez, le truc où on est supposé avoir notre « année chanceuse » l’année où on a le même âge que notre jour de naissance ? Tout le monde a entendu ca. Well, that’s freakin’ bullshit.

About birds and bees…
Ma 29e année est l’année où mes parents ont décidé que j’étais assez grande pour me faire des commentaires indécents. La même année, tous les deux, et ce, malgré le fait qu’ils sont divorcés depuis plus de 15 ans. Pas que j’aie normalement des problèmes avec les propos à caractères sexuels… Hell, je pourrais être la reine des sous-entendus grivois ! Mais pas avec les parents, ça, c’est… tsé… non ! C’est tout ! C’est juste même pas drôle !

Incident scandaleux #1
Je suis chez mon père. Après m’être défrisé les cheveux, je mets mon fer à défriser encore chaud sur le comptoir le temps de me servir un verre de jus. Mon père passe par là et lance :

vibro1.jpeg

[Papou] – C’est quoi ça, ton vibrateur ?
[Marie] – !!!!
Une fois que je récupère le contrôle volontaire de ma bouche, je regarde mon père et je demande :
[Marie] – Pardon !? Mon vibrateur ? Non, ça, c’est mon fer à défriser. De toute manière, c’est quoi un vibrateur Papa, je sais pas c’est quoi un vibrateur. À quoi ça sert ?
[Papou] – Je sais pas c’est quoi un vibrateur et je sais pas à quoi ça sert.
[Marie] – I bet u don’t. Damn.

Incident scandaleux #2
Cette fois-ci, ma mère. Qui sait pourtant que je ne garde pas mon cellulaire à portée de main. Je l’utilise pour faire des appels, pas pour en recevoir. Sauf si je le sais à l’avance. Pourtant, elle cherche encore et toujours à me rejoindre sur mon cellulaire, et s’étonnera invariablement de ne pas me voir y répondre.

Alors voilà, un jour de même, je constate que j’ai un message vocal sur mon cellulaire. J’accède ma boite vocale, et voici exactement le contenu de mon message :

vibro2.jpeg

J’aurais du la rappeler et lui laisser le message que OUI, j’étais assise sur mon cell, et qu’elle aurait du rappeler, vu qu’après 3 sonneries, ça s’en va sur la boite vocale. Double-Damn.

The Big Three-Oh !
WOO-HOO !

Vraiment ! Vraiment !? Non, pas vraiment. Je peux pas croire que je vais passer les 30 ans célibataire. MAN ! Ca y est, je l’ai dit. Que je sois encore à l’école, toujours pas de maison, pas de kids, m’en fous. Mais célibataire, in-croi-yab. Je vais être une vieille fille décrépite pleine de rides.

Pendant l’année de mes 29 ans, pourtant, j’ai renoué avec le coup de foudre, le vrai. J’y croyais pu. Ca faisait tellement longtemps que ça m’était arrivé, que je croyais que c’était un truc d’ado. Et puis un jour, ça m’a frappé en pleine gueule. Je devais faire à peu près la même face que dans les dessins précédents… Après ce coup de foudre là, j’ai été 2 semaines à être conne : incapable de faire des phrases intelligentes, pas capable de me concentrer, toujours la tête ailleurs… Gênée à mort ! Mes amis proches se rappelleront de cet épisode-là !!

Anyway. Dans moins de 2 semaines, c’est ma fête. Et la chose cool que je trouve à avoir 30 ans, c’est qu’on peut demander des cadeaux vraiment gros 😉

Malaises de notre enfance…

Vous vous rappelez sûrement de certains moments embarrassants de votre jeunesse. Entre autre ces petites questions d’ordre sexuel qui laissait nos parents bafouiller une réponse vague qui nous laissait encore plus confus, alors qu’on était « trop jeune pour comprendre »… (Dans ce temps là, y’avait pas Internet !)

Je vous donne en exemple ceci.

malaise.jpeg

Vous avez reconnu le style de ma petite soeur. C’est une histoire vraie.

Call Girl ! (le même concept, version parent ?!)
Nanette Workman - Call Girl Alors que je passais à travers mes vieux classiques, je tombe sur Call Girl de Nanette Workman. Ca fait des années que je connais cette toune. J’la connais par coeur parce que j’avais eu le disque à ma fête, j’avais pas 10 ans. Le disque, je l’ai encore d’ailleurs ! Un authentique 45 tours… [illustration #2] Nanette et Plamondon, c’était Hot à l’époque, mais pareil… je suis pas sure de ce que mes parents pouvaient trouver de cute à ce que leur p’tite fille chante et danse sur c’te toune là ?! Surtout que j’avais absolument au-cu-ne foutue idée de ce que je racontais !

Sado-maso ?
Pour vous séduire ? En satin ou en cuir ??
Détourneuse de mari fidèle ! Dépanneuse pour maniaque sexuel ??!!

Quel genre d’aspirations ils avaient pour moi à l’époque ?!?

To think out of the box !
Alors que ma soeur et moi discutions de la situation, il en est ressortit que mes parents, en m’offrant ce disque, avaient été de vrais visionnaires, puisqu’après tout, dans ma carrière, j’allais définitivement :

– être sur appel
– faire des « house calls »
– être la personne à appeler en cas de déprime
– être amenée à traiter des maniaques sexuels, des « vieux impuissants » et conseiller des adolescents…

C’est fou tout ce qu’on a en commun, Nanette et moi, hehe… Et pourtant, j’espère que mes parents sont heureux que j’aie pas tout pris au pied de la lettre !

Anyway, on s’entend tu pour dire qu’asteur, Nanette, c’est d’la p’tite bière à côté de Britney Spears ?