Hospitalité douteuse

À la machine à café, Sébastien et Marie discutent de leur fin de semaine de 3 (3!!!) jours.

[Wannabe Dr Sébastien] – Pis, tu as profité de tes 3 jours de vacances ?
[Wannabe Dre Marie] – J’ai été passer la fin de semaine à l’Isle-aux-Coudres.
[Wannabe Dr Sébastien] – Ah ouin ? Pis, c’était bien ?
[Wannabe Dre Marie] – Ben, si c’était pas que je m’étais fait réveiller par la maudite folle dame matinale qui tient le bed and breakfast à 6h30 du matin parce qu’elle discutait avec sa visite, ca aurait peut être été mieux…
[Wannabe Dr Sébastien] – Toi t’as été au truc de la Marguerite.
[Wannabe Dre Marie] – Ta gueule ! Oui !!! Tu connais ca ? C’est une fatigante qui nous laissait pas tranquille ! J’étais bleue !
[Wannabe Dr Sébastien] – Disons que j’ai des mauvais souvenirs de mon séjour à l’Isle…
[Wannabe Dre Marie] – Marrant…

Mon rayon de soleil du jour

Mon stage de Médecine Interne se termine dans moins de 2 semaines. Fiou.

Aujourd’hui, alors qu’on tournait notre nouveau patron à l’urgence, on croise une infirmière de ma connaissance.

On s’était connues au débordement de l’urgence, alors que je m’occupais d’une patiente particulièrement récalcitrante. L’infirmière, quant à elle, c’était ben pire, vu que le poste des nurses est à même la chambre de débordement. Alors elle avait la patiente dans la face en permanence.

…et la patiente avait cette manie de faire à sa tête…

Même après que cette patiente eut quitté l’urgence pour l’étage, je continuais de donner des nouvelles de « Notre Madame P. » à l’infirmière. Et depuis ce temps, on est contentes de se recroiser de temps en temps.

Aujourd’hui, donc, nous sommes à l’urgence, et on vient voir un des patients de cette infirmière-là. Toute l’équipe s’est déplacée : le Patron, les 4 résidents, les 3 externes et le pharmacien. L’infirmière qui nous voit arriver et qui connait la routine dit au patron en riant :

[Infirmière U] – Attendez avant de prendre le dossier, j’vais garder mes feuilles. Je sais que c’est long avant qu’ils reviennent mes dossiers quand c’est vous qui les prenez !

J’arrive en dernier de la file de tout ce beau monde, et je la salue.

[Infirmière U] – Ah ! C’est ton équipe. Avoir su, je me serais pas plaint. (à mon patron) Elle fait une super job elle, vous le savez hein ?
[Patron] – Qui ca elle ?
[Infirmière U – me pointant] – Elle là !
[Wannabe Dr Marie – wow !!] – Ce serait moi ca. (à l’infirmière) Merci de dire ca à mon nouveau patron !

Ca a tellement fait ma journée…

[Wannabe Dr Marie – faux air de connivence] – J’te donne ton 20$ tantôt… hehehe

Déformation professionnelle

J’appelle chez ma soeur.

…c’est une voix d’homme qui répond !

[Voix d’homme] – Oui allo ?
[Marie] – Oua ! Est-ce que je suis en train de parler au nouveau coloc de ma p’tite soeur ?
[Voix d’homme] – Lui même. Alors, je suppose que c’est la Grande Soeur Marie ?
[Marie] – Voilà. Quel moment, notre première conversation !
[Coloc] – Effectivement ! Mais j’imagine que t’appelais pour parler à ta soeur ?
[Marie] – Oui, mais on peut bien discuter un peu. Si tu veux, je te poses les questions que je demande quotidiennement à de purs inconnus.

ici, il faut comprendre que ma soeur m’a déjà expliqué que son coloc est cool…

[Coloc]– Bien sur !
[Marie] – Alors, comment va l’appétit aujourd’hui ?
[Coloc] – Ca va.
[Marie] – Pas de nausée ou de vomissement ?
[Coloc] – Heu… non…
[Marie] – Des changements au niveau des selles ?
[Coloc] – Pas à ce que je sache. Tout va bien en fait, même la prostate !
[Marie] – Heureuse de te l’entendre dire. Si tu veux, la première fois qu’on se voit, je vérifie ca.
[Coloc] – Haha, ouais. Sur ces bonnes paroles, j’te passe ta soeur.

[Soeurette] – Tite soeur ! (Ben oui, ma p’tite soeur m’appelle tite soeur… go figure) J’vois que t’as fait connaissance avec mon coloc ?
[Marie] – Ouais. J’lui ai déjà promis un toucher rectal.
[Soeurette] – Nice…

Je reçois – Part II

C’est en me réveillant de vraiment trop bon matin, encore à bout de souffle et toussant, que je me suis dit que j’étais peut être due pour aller faire une tit-tour d’attente de « l’autre côté » de l’urgence (comme le commun des mortels, tiens 😉 ). Il faisait encore noir, c’était le moment idéal.

Je ressors de là avec plein de bonnes nouvelles et de cadeaux. Ca valait la peine d’attendre ! C’est déjà mieux que de se faire dire « Mais non madame, ce n’est qu’un rhume. Dodo et liquides sti. »

Donc, j’avais raison de me plaindre (ie, c’est pas une grippe d’homme, haha) je fais une pneumonie en règle, Rayon-X à l’appui !

Le médecin a mis dans mon p’tit panier :biaxin.jpg

– Une prescription de biaxin (nooooooooo !)
– Un suivi à faire avec le pneumologue dans 3 semaines (au cas où mes p’tits patients adorés m’auraient refilé quelque chose d’exotique)
– Un congé de… 4 jours !!!!

Avec nos horaires de malade à l’étage, je me demandais où j’allais prendre le temps pour étudier. Quand le médecin m’a dit

[Dr Urgence] – Oui mais là là, va falloir prendre ca mollo et te reposer. AU MOINS 4 jours…
[Wannabe Patiente Marie] – Ta gueule !

(Mouarf, c’est pas vrai, j’ai pas vraiment dit ca…)

[Wannabe Patiente Marie] – Ah, vous croyez ? S’il le faut… En autant que j’ai le papier pour justifier, vous savez… ils sont super strictes avec ca.
[La voix dans ma tête] – Woooooooooooo-hooooooooooooo !

Et pour le reste, comme dit ma Patronne, avec de la patience et de l’amour, on y arrivera.

(Bien que pour l’amour, on repassera…  Dans la catégorie des tites phrases qui nous donne envie d’étrangler, il y a aussi «C’est pas toi, c’est moi».  Et le jour juste avant le Steak and BJ day.  Ya des gars de même qui ont juste pas de timing…)

Le temps passe, oh Marie.

Cette semaine, j’ai rajouté un paquet de note à mon petit carnet, de trucs que je voulais vous raconter.

Mais ma semaine en salle d’op a été fatigante. Et elle s’est savament terminée avec une ostie de garde qui s’est fini à 23 hrs vendredi.

Je voudrais vous dire à quel point c’est Glamour comme dans Grey’s Anatomy être en Salle d’op. Mais la réalité, c’est que je porte sur la tête un truc qui ressemble à un cass de bain (et qui laisse une marque dans le front quand je l’enlève) et mon scrub est taillé pour mieux fitter la taille d’un homme.

Et parce que l’externe n’a que rarement l’occasion de participer aux opérations, on fait souvent le piquet en essayant de voir du mieux possible, tout en essayant d’être le moins possible dans les jambes de l’infirmière de la salle d’op. Évidemment, il y aura toujours des infirmières pour nous faire sentir bienvenue pareil. Et d’autre… un ti peu moins. Genre.

Sinon, ben, oui, il m’est arrivé de me brosser (se laver plus-plus pour être propre-propre pour avoir le droit de s’habiller stérile et s’approcher de la patiente lors de l’opération) et j’ai eu l’honneur, chers e-lecteur, de tenir un écarteur à 3 ou 4 occasions. Quand même. C’est pas une semaine entièrement perdue.

J’ai aussi posé les agrafes sur une patiente, pour fermer sa plaie. Lors de ma visite de suivi, alors qu’elle posait des questions sur son opération, je fini par lui annoncer, toute fière :

[Wannabe Dre Marie – fierté incarnée] – Et c’est moi qui ai posé vos agrafes là. Vous aimez vos agrafes ?
[Patiente cool – joue le jeu] – Oh oui, très. Elles sont très bien posées.
[Wannabe Dre Marie] – Hihihi, merci, vous êtes bien gentille. Enfin. Si tout es ok avec votre médecin, vous allez avoir congé aujourd’hui. Je vais demander à votre infirmière d’enlever vos agrafes.
[Patiente cool] – Non ! Pas mes belles agrafes !!!

[Wannabe Dre Marie] – Hihihihi

*******************************

Le truc qui m’inquiétait de voir en salle d’op gynéco, c’était les avortements.

Don’t get me wrong, je crois que ce genre d’intervention est nécessaire. Pas un « mal nécessaire », mais bien nécessaire tout court. Ce n’est pas une méthode de contraception, mais un dernier recourt pour des grossesses non désirées, et une approche thérapeutique pour d’autres problèmes. Je suis contente de vivre dans un pays où l’on peut offrir cette option aux femmes. Mais je ne crois pas que toutes les femmes sont obligées de s’en servir si elles n’y croient pas, et toutes les femmes ne sont pas obligées d’y croire. Voilà.

C’est un sujet tricky, et je n’aime pas parler des sujets tricky sur mon blog, parce que les blogs ne sont pas le meilleur endroit pour discuter de ce genre de sujet. (D’ailleurs, si j’ai le malheur de constater que pour la première fois, les commentaires dérapent à cause du sujet, je vais être déçue)

Mais si je m’inquiétais de voir en salle d’op gynéco des avortements, c’est que c’est généralement une intervention pas trop joyeuse.

Pourtant, les patientes sont bien traitées. L’intervention est rapide. Ca ne fait pas mal. Les personnel est gentil et respectueux.

Mais c’est connu que les filles restent généralement avec un sentiment de perte plus important que si on leur avait enlevé leur appendice. Et ce, même si la grossesse n’était pas désirée.

Et bon… comment dire… Je n’avais pas envie de les voir triste. Voilà. Bon.

Mais j’ai « survécu ». Je suis pas grandi de mon expérience ni rien, mais au moins, l’intervention est démystifiée…

*******************************

Oh oui, le temps passe.

Il y a une semaine, on passait le cap du quart de notre externat. Déjà !

Cette semaine, je vais avoir 31 ans. Déjà ! Criss ! (et je suis de garde ce soir là)

La semaine prochaine se termine mon stage de gynéco-obstétrique… avec l’examen. Déjà !!

Donc, ne soyez pas surpris si vous n’avez pas beaucoup de nouvelles de mes palpitantes aventures *tousse*

La nuit va être longue

C’est ma dernière nuit en obstétrique.

Ya pas un chat inscrit au tableau. (En fait, vu que j’ai que des « patientEs », j’aurais pu dire «Y’a pas une chatte au tableau» mais ca aurait fait un jeu de mot de gout douteux…)

Moi qui espérait faire mes derniers accouchements cette nuit, c’est mal parti. Avoir su… avoir su, ca aurait pas changé grand chose à ma conduite d’hier, mais bon. Pif paf pareil.

Depuis le début du stage, je n’ai pas eu à me plaindre du traitement des infirmières à mon égard. Ca a bien été. Quand je croise les filles de jour, le matin à mon départ, elles me saluent encore et se souviennent de mon nom… c’est bon signe ! Malheureusement, on ne peut pas qualifier toutes les équipes d’aussi chaleureuses…

[Wannabe Dre Marie] – Salut Judith, ca va bien aujourd’hui ? J’m’ennui des équipes de jour…
[Judith, inf] – Ah oui ? Ca bouge pas autant de nuit ?
[Wannabe Dre Marie] – Disons… *soupir*

**************

En arrivant ce soir, j’avais ma première photo de « papa qui a pris une photo de maman et bébé avec l’infirmière et les médecins qui l’ont accouchée » sur laquelle je figure. Trop cool 🙂

:-S

Dans moins de 24 heures, je vais être en congé.  Une belle grosse semaine complète.

On a su un peu trop à la dernière minute a quel moment on allait être en congé.  Et j’étais tellement occupée… que là, je me retrouve avec une semaine de congé et rien à faire.

(Ca me fait chierrrrrr !)

ENFIN ! …vraiment ?

train.jpgHier soir, je me disais que j’étais pas fâchée de quitter shawi pour retrouver mon appart.

Enfin, j’allais retrouver mes bottes d’hiver !

Enfin aussi, j’allais passer une nuit tranquille dans mon lit (au chaud !), sans me faire réveiller la nuit par le train qui passe immanquablement. Et deux fois plutôt qu’une…

Marie et Anne qui imitent le train :
[Marie] – TUUT-TUUT !!! TUUT-TUUT !!! TUUUT ! TUUUUUUUUUUT !!! TUUUUUUUUUUUUT !!!! TUUUT !
[Anne] – « Chu pas sur que tout le monde m’a entendu, faque j’va sonner encore » TUUUUUUUUUUT-TUUUUUUUUUUT !!!
[Marie et Anne en coeur] – TUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUT ! TUUUUUUUUUUUUUUUUT !!!!!

Suivi d’une série de convulsions pour reproduire le mouvement qu’on fait dans notre lit au moment où le train passe très très près de notre résidence…

Compte tenu que mon examen de fin de stage arrivait à grand pas (c’est à dire aujourd’hui-drette-tantôt), rendant par la même occasion mon sommeil léger, il se trouve que j’ai pas dormi très fort cette semaine à cause du @#$%!! de train. J’avais hâte de bien dormir bon.

«Tu vas arriver juste à temps après le déneigement !»

-Isabelle

Pas du tout non. Je suis arrivée à Montréal en plein déneigement. Faque j’ai juste échangé le train pour des très gros tracteurs. Sti.

Marie, wannabe mechanic

@#$%!! d’char. Hier soir, alors que je m’en revenais, il s’est mis à me faire des drôles de vibrations sur l’autoroute. Après les 2 pannes et le trouble qu’il m’a donné à Shawi, c’était pas assez à son gout ??? Et c’est que j’ai mon examen demain moi, pas le temps de niaiser 😦

Arrête à la prochaine station d’essence, et mon instinct me dit de regarder les pneus en premier. Effectivement, y’en a un de plutôt mou (mais pas trop, heureusement).

Ya rien comme apprendre à utiliser une machine à gonfler les pneus dans le noir, sur un char qui t’appartient pas, à -15°. Mon truc : le cellulaire est une excellente source lumineuse pour lire « combien faut mettre de pression » sur le pneu. Et les filles, faut pas avoir peur de se salir les mains, sti. Des affaires pour perdre des morceaux importants là…

Y’était mieux de rester gonfler jusqu’à Montréal s’te maudit là. J’avais pas rien que ca à faire…

Mais bon. J’étais qd meme fière de ma shot 😉

*********************************************

Stay tuned pour les histoires de ma dernière semaine haute en couleur (mais pauvre en disponibilité)… J’vous dirai en même temps si mon examen a bien été !

:-(

Pendant toute la fin de semaine, j’ai fait 100 scénarios possibles pour faire face à mon problème de cet après-midi (ie le retour de Dr Ass).  L’attente, ya pas grand chose de pire…

caca.jpgEt évidemment, j’ai pas The Solution… je sais pas quoi faire avec un connard qui abuse dans les limites de l’acceptable : si je le confronte ou si je prends mon trou.  Il ne mériterait que de piler dans un caca de chien, comme dit ma mère.  (ou quelque chose de plus gros)

En tout cas, je suis pas vraiment de bonne humeur ce matin… mais j’ai hate que ca se règle.

Marie -vs- Dr Ass, à suivre…

Spit or Swallow

Une des secrétaires à l’étage m’adore.

Ben ten, vous vous direz… Ben ten ! hihihi 😉

Elle est super drôle en plus. La semaine dernière, elle allait chicaner mon patron#2 alors qu’il ne répondait pas à mes pagettes (et que j’étais laissée toute seule à moi-même)

[Secrétaire-cool] – Attend que je le pogne ! M’a y dire !

Alors que j’attendais mon patron, donc, je lui raconte mon aventure du matin :

[Marie wannabe MD] – J’ai une belle tranche de vie pour toi
[Secrétaire-cool] – Envoye donc
[Marie wannabe MD] – Il y a quelques semaines, je me suis fait opérer au sinus et j’ai un peu perdu de ma sensibilité à la narine et à la lèvre droite. Ca prend toujours quelque temps à récupérer tsé… Faque des jours comme aujourd’hui où il fait ben frette, ben, imagine toi donc que si mon nez coule… Je m’en rends même pas compte. La classe hein ?
[Secrétaire-cool] – Pffff-hahahah ! C’est dégueu ! La classe comme tu dis ! Imagine si ça t’arrive devant un patient !
[Marie wannabe MD] – Ben c’est pour ca que je me tcheque le nez tout le temps ! 😀

En fait, ce matin-là, j’avais plutôt fait une constatation importante.

mlmorve.jpgVous savez, les jeunes enfants qui lichent leur morve de ti-nez-qui-coule, comment c’est dégueu et qu’on se dit que c’est sur qu’on a jamais fait un truc pareil. En fait, même si j’en ai aucun souvenir (et aucune photo compromettante), je suis pas mal certaine d’avoir déjà fait ça…

Parce que quand la lèvre m’a titillée, mon premier réflexe a été de sortir ma langue. Comme un geste 1000 fois répété…

Et d’après vous, en cette fabuleuse journée froide d’automne, et cette narine insensible…

mlmorve2.jpgD’après vous, dis-je, qu’est-ce que ma langue à touché ?

Disons qu’en racontant l’histoire à la secrétaire, j’avais omis ce bout là de l’histoire… en ne préservant que l’essentiel.

Retour du balancier

Et cette semaine, alors que je cherchais ma nouvelle patronne-saveur-de-la-semaine :

[Secrétaire-cool] – Oh, t’es chanceuse de travailler avec elle ! Tu vas l’aimer, elle est grande, et super fine… comme toi !

Je vous disais que la secrétaire est cool… 😉

Et ma nouvelle patronne aussi !!!

Une journée presque parfaite

secondcup.jpgCe matin, je me réveille par moi-même, de bonne heure et de bonne humeur. Ca me permet de me préparer tranquillement et même de faire un détour au Second Cup pour mon latté préféré, que j’ai eu à une température parfaite.

Et mon latté était particulièrement merveilleusement bon… C’était un p’tit moment de bonheur alors que je marchais en direction de mon hôpital, à siroter mon café parfait, à apprécier un ciel matinal magnifique. Je réalise que j’ai un gros sourire stické dans la face. Des moments comme ça, on en voudrait plus souvent !

J’arrive donc à l’hôpital, et je croise des collègue dans les cases (comme dans Grey’s Anatomy, lol). Nous échangeons les civilités habituelles :

[Collègues] – Salut, ça va ?
[Marie] – Absolument ! J’ai vraiment une journée aussi géniale que possible !

Alors je leur raconte comment ma journée a si bien commencée qui fait que je suis de si bonne humeur.

Tout juste après, la résidente me confirme que la présentation que je devais faire aux médecins en endocrino – qui avait été annulée à cause d’un colloque ! – ne sera pas remis à plus tard, parce que les autres vendredis sont overbookés. Hoooooooooooon !

cadenas.jpgQuand je vous dis que j’avais une magnifique journée en perspective !

Alors, quel genre de truc aurait bien pu l’obscurcir ?

Quelque chose comme enfermer ma clé de cadenas dans mon casier peut être ? 😀 Et la spare aussi ? Lol

Parce que je suis arrivée d’avance pour faire un peu de lecture, je n’avais pas préparé pas mes trucs comme à l’habitude… et voilà… j’ai du faire ouvrir mon fidèle cadenas que j’avais depuis des années !

ps 1 : mais bon, ça m’a juste vraiment fait rire ! Parce que réellement, y’avait pas grand chose pour mettre à l’épreuve ma bonne humeur d’aujourd’hui !!!

ps 2 : j’ai même fini à 4h15 !!  C’était réellement une journée bénie…

and the dr sayz…

etoile.jpgJ’ai donc eu mon éval et mon résultat d’examen.

Ayayaye.

Vouloir être une bonne personne, c’est avant tout une quête personnelle. Parce que c’est pas vrai qu’on récolte toujours ce que l’on sème. Et qu’on a ce qu’on mérite. Dans cette optique là, j’travaille fort à être une bonne personne, même si des fois ca fait chier quand d’autres personnes en profitent.

Mais quand on s’endort le soir, c’est important d’avoir « la conscience tranquille ».

Well. C’est encore plus full débile écoeurant (style genre) quand tes patrons voient que tu te démerdes pour faire une différence auprès de tes patients, et le soulignent dans ton évaluation. J’me suis fait dire plein de belles choses aujourd’hui.*

Faque je suis sortie avec un grand smile stické dans la face. D’autant plus que j’ai eu (semble-t-il) la meilleure note de mon groupe à l’examen (et que ca, ca arrive pas trop souvent, alors j’ai totalement le droit de m’exalter là dessus)

Pour toutes celles et ceux qui se fendent en 4 et qui se sont pas fait féliciter pour, je voudrais partager ma joie avec vous. Parce que des fois, oui, ca fait une différence…

*il fallait s’y attendre, l’évaluation de ma pédopsy était quand même tout ce qu’il y a de « conforme aux attentes ». De toute manière, j’ai fait passer le message la concernant, pfff.

Son premier bébé…

dans ma boite de courriels il y a quelques jours, provenant de ma collègue qui fait son stage de gynéco/obstétrique :

Ce matin, 11h49, un merveilleux garçon !!!!
Pis je l’ai pas échappé !!!!!!!

T’es certaine, Bettyloo, malgré toute ton expérience à toi, que tu veux que j’aille faire ton suivi à la maison ? Parce que comme c’est là, je sais même pas encore si je les échappe ou pas 😛

(Ben oui, quoi. Si vous saviez le nombre de fois dans une semaine que je me dis : QUOI ! C’EST MOI QUI DOIT FAIRE CA !!! Et que je me force à le faire, parce que je pense bien que je vais y arriver, mais merde, la nervosité !! Et oui, il nous arrive de dire, oua ! fiou ! je l’ai pas échappé !)

En tk, félicitation pour ton attrapé Isa. (NO TOUCH DOWN !!)

Bienvenue aux gros épais (avec assouplisseur)

Ya un patient qui déambule dans l’hôpital depuis le début du stage et qui m’énerve juste à exister. Personne de nous l’a comme patient, alors on sait même pas pourquoi il est là.

C’est le genre de gars qui est gentil avec tout le monde, mais c’est comme pas naturel : c’est too much. Et quand il fait quelque chose qu’il n’a pas le droit de faire, il est trop rapide sur l’excuse à profusion («Pardon Madame, je savais pas que j’avais pas le droit. Je m’excuse, vraiment. Je savais pas. Je le referai pus, promis. Pardon Madame.». J’vous le dis, il est too much. Et il m’énerve.

Évidemment, ca a pas pris 2 semaines qu’il essayait d’être mon ami. J’avais une discussion avec une de mes collègues, alors que nous étions toutes 2 arrivées trop tôt pour notre cours, je lui mentionnais que j’allais rester à la cafétéria pour faire un peu de lecture plutôt que de me rendre tout de suite en classe. Alors que je passe à côté du gars, il m’arrête :

[Le Gars] – Pardon Mademoiselle, je peux vous dire quelque chose ?
[Marie] – Ouiiiiiiiiiiiii ?…
(je suis sérieusement inquiète de ce que celui-là va me sortir…)
[Le Gars] – Je pense que vous faite le bon choix de faire des lectures, c’est très important.
[Marie] – Mais bien suuuuuuuur

Pourquoi c’est toujours sur moi que ca tombe ? C’est écrit « Bienvenue aux gros épais » dans mon front ? (je crois plutôt que je suis incapable de retourner efficacement qqn d’bord !)

Ainsi, il me fait des interventions du genre à chaque fois qu’il me voit. J’ai eu droit à « Je crois que vous allez réussir vos études en médecine, parce que vous lisez beaucoup » à un autre moment donné, et autres trucs du genre. Il doit être ben déçu de voir que ses pick up lines sont sans effet sur moi… Je suis vraiment une sans coeur.

Ce matin, alors que j’étais avec 3 autres de mes collègues, il nous salue, et tout le monde lui répond (ce serait quand même fort impolie de ne pas répondre…). Il revient à la charge :

[Le Gars] – Mademoiselle, Mademoiselle, c’est à vous que je parlais.
[Marie] – Laquelle ? C’est parce qu’on est 2 filles… (tentative de me sauver)
[Le Gars] – Ben vous, c’est à vous que j’ai déjà parlé.
[Marie] – Ah, ben oui hein. Bonne journée là. (Sti)

Évidemment, mes collègues en profitent pour se foutre de ma gueule.

[Mademoiselle 2] – Ouiiiin, j’vois qu’il te lâche pas… (gros sourire)
[Marie] – Que je te voye insinuer quoi que ce soit. La prochaine fois qu’il me salue, je te le présente : «Voici ma collègue C…L… Pis elle te trouve pas mal cute»
[Mademoiselle 2] – Eurk ! tu f’rais pas ca !!!
[Marie] – Hihihi, ca serait tellement chien…

Apologies accepted

J’assistais à une entrevue faite par un médecin, d’un gars qui venais de faire une tentative de suicide. Le patient (avec un lourd passé psy) était à raconter qu’il mangeait vraiment pas beaucoup parce qu’il était vraiment très très important pour lui de ne pas prendre de poids, parce que ça ne serait vraiment pas beau du tout. Ce sur quoi il me regarde moi :

[Le mec] – Ben tsé, j’m’excuse, mais c’est ce que je pense.

Merci pour la considération…

Tableau comparatif – spéculations sur 2 orifices à sens unique

Mise en situation
Dans ma tendre jeunesse, ayant des problèmes avec mes sinus, j’avais eu le bonheur d’expérimenter « le tube avec la caméra pour aller voir dans le nez ». Je m’en rappelle encore, car même si on est sous anesthésie locale, l’expérience n’est pas sans inconfort.

Plus tard, dans mon cours de Gastro, alors qu’on parlait de la fameuse technique de sigmoidoscopie et de coloscopie, dans un plus pur esprit scientifique me vint la question existentielle suivante : «J’me demande qu’est-ce qui fait plus mal, le tube dans le nez ou dans les fesses ?» N’était-il pas légitime de vouloir comparer ces 2 orifices à sens unique ?

Intrigue
Récemment, je dois me rendre à nouveau chez le Dr Sinus (un ORL) pour investiguer un Rayon-X anormal. On me demande si c’est correct que je passe entre les mains du Résident qui ne parle qu’anglais : pas de stress, je compatis avec la réalité des étudiants en médecine, right ?!

Pendant le questionnaire, il me demande (selon les règles de l’art) ce que je fais dans la vie : il apprend donc que nous sommes « collègues ». À partir de ce moment, l’entrevue devient un peu moins formelle. Il me raconte qu’il vient faire un stage à Montréal mais qu’il est originaire de Singapour, pays que je connais par hasard pour l’avoir étudié un peu. Alors je l’étonne avec quelques connaissances : ca y est, on est presque des copains. 🙂

Alors qu’il entreprend l’exploration de ma fosse nasale avec « le tube avec la caméra pour aller voir dans le nez » et qu’il s’excuse à la vue de mon inconfort visible, j’ose avancer quelques détails de mon questionnement existentiel :

[Marie] – You know, I’ve always wonder which one would be worst : the tube in the nose or a colonoscopy.

[Dr Resident] – giggles (for real)
[Marie] – Since I’d never had a colonoscopy, and not planning on getting one, I would have to find a patient who had both interventions to answer that for me
[Dr Resident] – Actually, since patients are usually given something to sleep for a colonoscopy, you couldn’t get a answer to that question !
[Marie] – Damn. You’re right ! Then I would need to find someone who wouldn’t mind having the intervention fully conscious !
[Dr Resident] – That would work !

Ce sur quoi on passe à une autre salle où je me verrai introduire un paquet de truc dans le nez. Alors que le Résident insère des instruments à une profondeur surprenante, je proteste (pas à cause de la douleur, mais parce que je suis quasi inconfortable avec les capacités de mes fosses nasales, jusqu’ici inconnues de moi !!!)

[Dr Resident] – Most people don’t know how deep the nose is, it’s about 10cm ! Even doctors that are not used to it are pretty much amazed of how much stuff we can put in one’s nose !

Punch final
Je m’imagine avec ces instruments dans mon nez et je tente de visualiser jusqu’où ces trucs me rentrent dans le crâne ! Je ris en essayant de pas trop bouger. Le Résident tend le bras pour ramasser quelque chose et ramène un autre petit instrument pour tenter de me l’insérer avec les autres…

[Dr Resident] – Hum. I don’t think this third one will fit. It’s too tight.

[Marie] – Honestly Dr. Suddenly, I’m SOOOO happy you’re talking about my nostril. And not my ass…

NB : à ma petite soeur qui est d’une constance surprenante, j’interviens avant qu’elle ne le fasse : Eh oui, on dit « Coloscopie » en français et « Colonoscopie » en anglais. Ben voilà, je vous divertis et passant pour une niaiseuse, mais je vous enseigne le bien perlé en même temps.

Le coeur sur la main

Je suis à moins de 24 hrs de mon dernier examen. Et de pouvoir me considérer officieusement une externe !

Ma petite soeur, qui fait partie intégrante de ma formation de future médecin, est chez moi et prête comme toujours son corps à la science pour que je révise mes manœuvres d’examen physique pour demain. Est-ce que j’ai pas la meilleure petite soeur au monde ? (bon, à part peut être pour le fait que j’ai aussi la petite soeur la plus chatouilleuse au monde et qu’il est pratiquement impossible de lui palper l’abdomen, hihihi).

Alors que nous étions en train de souper, elle me raconte qu’à sa job, elle a été cédulée pour une formation donnée par un de leurs fournisseurs. Mais que l’instructeur en question est un gars qui nous gardait quand on était jeunes ! Ca allait être drôle de le revoir après toutes ces années ! Ma soeur, parfaitement au courant du fonctionnement des environnements de bureau, et des hommes en général, et toujours dans son esprit de grande générosité, me dit :

[Soeurette] – J’vais m’habiller super sexy pour l’occasion. Comme ca il va pouvoir dire à ses collègues qu’il m’a déjà changé de couche !

Ce sur quoi on rigole, comme d’habitude…

Mais est-ce que c’est pas le meilleur exemple du plus pur don altruiste de soi ? Ma petite soeur est une véritable philanthrope, je vous dis…

Fin de session

C’est le grand countdown to la fin de la session. À partir d’aujourd’hui, il reste un mois à la fin de la session, et à la fin de mon préclinique. C’est pas rien.

C’est aussi le pire mois. Parce qu’on est tous fatigués mentalement. Parce que tout le monde a terminé l’université sauf nous. Parce qu’il fait beau dehors et qu’on en profite pas beaucoup. Parce que ca fait 3 ans qu’on est l’université et que ca représente beaucoup, beaucoup de travail.

Parce que dans les 4 semaines à venir vont s’enchainer les gros APP de multisystèmes, les rencontres à l’hopital de nos premiers patients en solo, les examens final d’épidémio, de multisysteme, et l’examen théorique et pratique (ECOS) de l’initiation à la démarche clinique.

En gros, ca veut dire que j’ai hate aux vacances. Et que ca commence le 1er juin…

Je vois rose – Guide de la parfaite petite ménagère

Il y a de cela 2 semaines…

Le téléphone sonne :
[Gab] – Marie ? C’est Gab, je suis chez Canadian Tire.
[Marie] – Hahaha, toi ? Sérieux ? Kess tu fais là ?
J’savais pas que Gab s’intéressait aux outils et aux tondeuses… hihihihihi
[Gab] – Ben, y font une vente pis j’ai trouvé le truc qui fait des pâtes pour ton mélangeur kitchenaid. La boîte est scrap, mais c’est surtout à moitié prix ! Les cossins à l’intérieur sont tous corrects, j’ai tchequé. Tu veux que je te le prenne ?
[Marie] – Woa ! Moitié prix, c’est une joke ! Gab ! Té trop cool !

Non, mais, est-ce que c’est pas ca avoir des amis très cools ? Il était là à mon party de fête et il s’est souvenu que je voulais avoir le cossin pour faire des pâtes. Alors, qd il l’a vu à moitié prix, il m’a appelé et il me l’a acheté. Gab, je suis désolée d’avoir ri du fait que t’étais chez Canadian Tire…

Alors hier, j’ai fait des pâtes pour la première fois. Pas trop mal pour une première fois, disons. Ca me rappelle les soupes Gattuso… J’vous ai fait des photos. (Si vous trouvez que c’est kétaine à mort de faire des photos de la première fois où vous faites des pâtes, c’est probablement parce que vous n’avez pas contribué à mon cadeau d’anniversaire, ou que vous ne vous êtes pas faites ch**r pendant 3 semaines pour le trouver. Hein tite soeur ? Alors, à ceux qui m’aiment bien… je vous aime aussi. Assez pour vous garder une meilleure batch de pâte, hihihi.)

En prime, vous avez aussi les images d’aujourd’hui, de Marie-fait-du-pain-pour-la-première-fois. Faut voir la boule de pâte, qui ressemble à un vieux cerveau dans un bol, qui double de volume. C’est un peu comme ca que je visualise mon cerveau à la fin de mes études. (Sinon, elle irait où toute cette information, hein ?)

Vous devez penser que ca sent bon en maudit icitte ! Pas pentoute, tabarouette. Ca sent encore le four neuf. Le four neuf, c’est moche comme odeur quand on espére que ca sente le pain. C’est pas comme le char neuf faut croire, hihihi.

30 it is !

Voilà, c’est fait, j’ai mes 30 ans.

Ca a drôlement commencé. Je me suis réveillée en faisant un rêve où je faisais mes adieux à tout le monde ! «Au revoir, au revoir !» avec le salut de la reine et tout. J’ai donc quitté les bras de Morphée un peu offusquée : j’étais pas en train de mourir, merde ! J’avais juste eu 30 ans !!!

I want my baby back ribs !
J’avais déjà demandé il y a des lustres de diner au Bâton Rouge pour manger des côtes levées… mium ! Alors ma p’tite soeur m’amène avec joie pour un petit diner de famille. Mais finalement, surprise ! Y’avait tout plein de monde ! (sur la photo, on croirait que ma soeur m’a même trouvé une escorte pour l’occasion !)

ma-fete.jpeg

Alors on a eu le droit de faire ce que les gros groupes fatigants font dans les restos : rester longtemps et être bruyants. J’ai même eu mon petit gateau avec le truc qui fait des flammèches dessus, avec le chant de bonne fête traditionnel.

Pour ma fête, après les multiples péripéties de ma petite soeur à qui mes humbles suggestions ont été un enfer (moi qui croyait lui simplifier la vie !!), j’ai eu pour souligner cette 3e décennie un mélangeur-robot-culinaire-kitchenaid rose !! Quelle parfaite petite ménagère je fais !!

kitchy-rose.jpeg

J’avais eu cette idée de cadeau en regardant un jour Ricardo faire ses pâtes avec ca, parce qu’en plus de faire des mélanges de gâteau, on peut plugger plein de trucs à l’avant de ce monstre, comme, justement, pour faire des pâtes. Epwi rose… à quoi je pensais hein ? Surtout que ca jure avec le jaune de ma machine a espresso hein ? Et bien, imaginez-vous que quand on achète rose, KitchenAid donne de l’argent à la recherche pour le cancer du sein ! C’était, il me semble, la solution idéale pour une wannabe docteure… Et ca me mettait in touch avec ma féminité. 2 pour 1 !

Depuis ma journée de fête, j’ai pas arrêté de dire comment ma soeur a été cool de me faire une fête cool là (dont tous les détails ne sont pas ici). Voici par exemple la carte qu’elle a fait en ramassant les commentaires de tous :

ma-carte.jpeg

 Ma petite soeur, pour souligner toute ta compétence, voici mes premiers muffins fait avec mon cadeau de fête rose. (Si tu les veux, va falloir que tu viennes les chercher. MOU-HA-HA-HA !)

muffins.jpeg

Mais, faut pas croire que je suis pas mégacool moi aussi avec ma petite soeur. Pas pour voler la vedette là, mais voilà le protège Ipod que je lui ai tricoté il y a pas 2 mois… Désolée, l’image est trouble… Je crois que le singe était trop hot pour l’autofocus de mon appareil 😛

singe.jpeg

9-vel an

Je sais pas comment se termine 2006 pour vous… mais moi ici, j’ai reçu mon monde en grand. En fait, c’était un petit plaisir que je me faisais : je les recevais avec un repas de pas moins de 9 services.

Hell yeah !

Au menu
Soupe à l’oignon
Mousse aux crevettes
Fondue au parmesan
Trou Normand ! (Sorbet au pêche et Calvados)
Cailles au rhum et légumes assortis
Salade montée
Fromages et porto
Truffles
Salade de fruits

On a commencé a 19h, et on vient à peine de terminer ! Enfin, c’était une première pour notre petite famille, et je dois l’avouer, une réussite… hehehe

Quant à vous, chers e-lecteurs, je vous souhaite une bonne année 2007. Et surtout la santé, genre 😉