Ils font les pires patients

Je suis dans mon bureau avec ma jeune patiente d’environ 10 ans et sa mère.

Cette dernière me raconte à quel point ca devient de plus en plus difficile de faire accepter à sa fille ses injections hebdomadaires pour son traitement. C’est rendu la crise à chaque fois, et la crise devient de pire en pire…

Elle voit justement son spécialiste cet après-midi. Je ne peux pas offrir d’autres options de traitement, sauf peut-être quelques conseils, et être empathique à la cause…

[Mère] – Pourtant, les injections à l’hopital, elle ne fait pas de problème. Quand c’est moi qui injecte, c’est la crise ! Et c’est pas comme si je ne savais pas comment faire, je suis infirmière !
[Wannabe Dre Marie] – La famille, ils nous donnent pas mal plus de trouble ! Mon copain par exemple, c’est la même chose : alors qu’il passe son temps à me poser des questions médicales, il n’écoute pas ce que je dis.  Et quand je dois faire quoi que ce soit comme technique, il se plaint continuellement ! Bien pire que mes patients de 4 ans ! « Ca fait mal, ca chatouille, gnignigni, gnagnagna ! ».
[Mère] – Pourtant, ca doit être pratique avoir un docteur à la maison !
[Wannabe Dre Marie] – Pas du tout ! C’est le pire de mes patients !  Je le renvoie toujours à son médecin de famille, là où il n’oserait pas se plaindre !
[Mère] – Je vois !!

Le chum du Docteur

Mon amoureux est à la pharmacie pour une prescription d’antibiotique.

La pharmacienne lui explique la prescription, quand et comment il doit prendre ses médicaments, qu’il doit les prendre en entier, quelques effets secondaires possibles, etc. Elle fait très bien sa job quoi !

[Pharmacienne] – De toute manière, si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous appeler.
[Amoureux] – Bah, de toute manière, si j’ai des questions, j’ai accès au CPS.

Le CPS, c’est comme la bible des Pharmaciens, avec toutes les informations sur les médicaments, et même plus. Que je voye mon amoureux (on n’importe qui non initié !) lire ce truc indigeste. Même moi j’ai de la misère à m’y retrouver…

[Pharmacienne] – Ah oui ? Vous être infirmier ?
[Amoureux] – Non, ma blonde est médecin.

[Pharmacienne] – Ah ca c’est pratique quand vient le temps de se faire conseiller !
[Amoureux] – Pas pentoute ! À chaque fois que je lui demande si tel truc est normal, elle me dit « T’es en train de mourir !! ».

[Pharmacienne] – Hahahahahaha !

Effectivement, c’est la manière que j’ai trouvé pour diminuer le nombre de requête d’origine familiale 😉

Chien & Chat

À 18 ans, j’ai acheté un chien.

Je l’ai appelé Fred, à cause d’un gars cute qu’il y avait au cégep.

Plusieurs années plus tard, l’amoureux aussi s’appelle Fred.

«Fred ! Viens ! Au pied !» hehehe

************************

Au cégep, la coloc de ma soeur a fait la même chose.. Georges était le prénom du garcon… et du chat.

En fait, c’était toujours un peu confondant, les conversations, quand elles trouvaient des « poils de Georges » un peu partout 😛

Maintenant, je vous jure, l’amoureux de ma soeur s’appelle Georges, comme le chat. Mais c’est encore plus marrant, parce que plusieurs années plus tard, il se trouve que c’est le fameux Georges de l’histoire 🙂

************************

Mon papa est le gardien de Fred-le-chien depuis mon départ de la maisonnée. Lors de notre visite la semaine dernière, il nous a appris que l’abcès que Fred-le-chien avait à la bouche n’était en fait pas un abcès, mais une tumeur. Et qu’il n’y avait pas grand chose à faire à son age… Il était déjà dans un piteux état. Alors on lui avait fait nos adieux.

Je viens de recevoir un email. Il a été euthanasié aujourd’hui. Voilà. Il aura eu une bonne vie, quand même.

Je suis certaine que l’amoureux est pas fâché d’être maintenant le seul Fred…

fredlechien

Tranche de pas de vie

Je ne sais pas si c’est que ma vie n’est pas excitante, ou si c’est moi qui veut pas parler du fait que je suce avec brio.

Et quand je parle de sucer avec brio, je veux dire que je suis vraiment nulle (du verbe « to suck » en anglais). Ce que je tente de le faire avec classe, mais ca change rien au fait que dans le fond de moi, ca me fait chier 😦

La médecine interne, pour un externe, c’est vraiment l’endroit idéal pour sucer. Les cas sont souvent lourds et complexes (genre pas assez de RAM dans le cerveau pour processer toutes les maladies du patient en même temps), c’est en plein le temps pour réviser tout ce qu’on a jamais lu en 4 ans (heu, ouin, j’ai déjà lu ca quelque part, mais je m’en souviens pu) et surtout, y’a plein de trucs qu’on a jamais entendu parler de notre vie.

😦 je vous dis.

Sacré-Coeur

En parlant de sucer… *tousse* Depuis le début de mon externat que je me demandais oussé qu’ils étaient les p’tits docteurs cutes. C’est bien simple, ils se cachent tous à Sacré-Coeur. Il fallait y penser, avec un nom prédestiné comme ca !

Mesdames, ou messieurs… pensez-y lors de votre prochaine hospitalisation.

Et c’est pas tout, La Fêlée, tu vas être contente d’apprendre qu’avec la Med Interne, c’est aussi le retour de Sébastien, my own personnal McDreamy. Après avoir partagé un café et un muffin alors qu’on était en gynéco, on a décidé de passer aux choses sérieuses et on a emménagés ensemble.

Ben, dans la même case.

hehehe

Je reçois – Part II

C’est en me réveillant de vraiment trop bon matin, encore à bout de souffle et toussant, que je me suis dit que j’étais peut être due pour aller faire une tit-tour d’attente de « l’autre côté » de l’urgence (comme le commun des mortels, tiens 😉 ). Il faisait encore noir, c’était le moment idéal.

Je ressors de là avec plein de bonnes nouvelles et de cadeaux. Ca valait la peine d’attendre ! C’est déjà mieux que de se faire dire « Mais non madame, ce n’est qu’un rhume. Dodo et liquides sti. »

Donc, j’avais raison de me plaindre (ie, c’est pas une grippe d’homme, haha) je fais une pneumonie en règle, Rayon-X à l’appui !

Le médecin a mis dans mon p’tit panier :biaxin.jpg

– Une prescription de biaxin (nooooooooo !)
– Un suivi à faire avec le pneumologue dans 3 semaines (au cas où mes p’tits patients adorés m’auraient refilé quelque chose d’exotique)
– Un congé de… 4 jours !!!!

Avec nos horaires de malade à l’étage, je me demandais où j’allais prendre le temps pour étudier. Quand le médecin m’a dit

[Dr Urgence] – Oui mais là là, va falloir prendre ca mollo et te reposer. AU MOINS 4 jours…
[Wannabe Patiente Marie] – Ta gueule !

(Mouarf, c’est pas vrai, j’ai pas vraiment dit ca…)

[Wannabe Patiente Marie] – Ah, vous croyez ? S’il le faut… En autant que j’ai le papier pour justifier, vous savez… ils sont super strictes avec ca.
[La voix dans ma tête] – Woooooooooooo-hooooooooooooo !

Et pour le reste, comme dit ma Patronne, avec de la patience et de l’amour, on y arrivera.

(Bien que pour l’amour, on repassera…  Dans la catégorie des tites phrases qui nous donne envie d’étrangler, il y a aussi «C’est pas toi, c’est moi».  Et le jour juste avant le Steak and BJ day.  Ya des gars de même qui ont juste pas de timing…)

Miam-miam

J’aime bien voir les annonces à la télé de Yannick Nézet-Séguin moi.

#3… to go

Un p’tit mot pour vous dire que j’ai fait mon 3e accouchement ce soir… et que j’avais presque pas de mains de résidents cette fois ci là là… C’est même moi qui ai tiré sur la tête de bébé pour faire sortir les épaules, quel drôle de feeling…

Ca commence à être du sérieux ! J’étais pas mal énervée 🙂

muffincafe.jpg#1… pour ici

De bon matin, je me retrouve à la cafétéria avec celui qu’on nommera désormais McDreamy. On se prend chacun un café et un muffin.

[McDreamy] – Tu prenais ca pour emporter ? Parce qu’on pourrait manger ici.
[Marie] – Prrrrffffff  Manger sur place est une excellente idée.

Merci Miss Fêlée pour ce moment d’inside avec moi-même.

Marie 1 – Renée 0

En début de journée, j’admets une patiente à terme qui a des contractions depuis hier soir. Elle a des contractions au 7 min, elles sont douloureuses, mais depuis son dernier « TV » (toucher vaginal) qui date de la semaine dernière, il n’y a pas vraiment de modification : elle est toujours dilatée à 1cm.

Difficile de dire pour l’instant si c’est le début du travail ou si c’est du faux travail. Alors on la garde pour observation.

Deux heures plus tard, les contractions sont toujours aux 7 minutes, mais elles sont plus douloureuses. Généralement, plus ca fait mal, plus ca travaille. Mais on considère le début du travail lorsque les contractions sont aux 5 minutes… Je discute avec son infirmière.

[Wannabe Dre Marie] – Les contractions sont encore juste au 7 minutes…
[Renée, inf] – Oui mais elles sont plus douloureuses. Tcheque ben ca tantôt, elle va décoller ! On va accoucher avant 16h.

victory.jpgTantôt arrive, ma résidente-du-jour va faire son second TV… à peine 1 cm de plus après tout ce temps ! La patiente est décue 😀 Et l’infirmière aussi !! On a fini notre journée pas de bébé…

[Wannabe Dre Marie] – Comme je disais, juste aux 7 minutes, hein Renée 😀
[Renée, inf – à sa collègue] – Ben torrieux, j’me suis faite avoir !
(insérer ici la danse de la victoire de Marie)
[Wannabe Dre Marie] – Je t’ai battue avec mes 10 jours d’expérience. Mais j’pense surtout que j’ai été chanceuse ! Hihihi.

Réceptionniste 1 – Marie 0

(Wannabe Dre Marie parlant très élégamment à la réceptionniste avec une fourchette en plastique dans la bouche)

[Wannabe Dre Marie] – Tchu auraich pas vuch monch cahiéch chaune chur la tchable tchantôt ?
[Réceptionniste] – OUA ! tu as un barbel ! Cool !
[Wannabe Dre Marie – Fait son innocente] – Moi caaaaaaaa ? Noooooooon ! Pas du touuuuuuuut !

Sur quoi elle me sort la langue pour me montrer le siens 🙂

Busted.

My own personnal McDreamy

Vous vous souvenez de Sébastien ? Mon collègue de classe qui était le voisin de Normand-non-mais-quelle-coincidence ?

Il est dans mon stage de Gynéco. Mais j’étais pas sure encore… parce que bon, je l’avais vu rien qu’une fois le mec. Et qu’il s’est fait coupé les cheveux récemment et tout. C’est vraiment swell mesdames (et bon, enfin, messieurs aussi, si le coeur vous en dit).

Je discutais avec lui récemment (où j’ai confirmé que c’était bien lui, et Normand lui a dit « J’ai une de tes collègues qui te connait qui vient à mon hopital !!! ») et il s’intéresse beaucoup… à la neuro !

Gars cute + Neuro = McDreamy… C’est sur !

Mais bon. Partez pas de rumeurs là. 😛

La petite séduction – Live from l’hospit

Le mec de l’entretien me cruise.  Il dit qu’il faut essayer de me séduire pour me garder dans la région.  C’est peut être comme ca que les gens de Shawi sont arrivés à recruter autant de médecins ces dernières années…  Et puis, faut l’avouer, nice pick-up line ! 😀

Le boss du mec de l’entretien s’y met aussi.  Il vient de me raconter une joke :

La gamme des cireurs de planchers ?

SI-FA-SI-LA-SI-RÉ

Pick up line

L’été il y a 1 an, en stage à Inukjuak. Cafétéria de l’hôpital de Puvirnituq lors de mon bref passage pour un medevac. Je suis assise à une table avec d’autres gens que je viens à peine de rencontrer : une équipe qui « descend » après leur stretch à Salluit. Une fille se plaint qu’une autre l’ait laissé tu-seule avec un beau jeune homme dans l’avion après les avoir présentés rapidement, dans un but évident qu’ils fassent plus ample connaissance, l’entremetteuse ayant été subtile comme un 2X4.

[Fille] – Mais j’suis gênée sans bon sens avec des trucs de même, voyons donc !
[L’entremetteuse] – Avoue qu’il était pas mal cute…
[Fille] – C’est justement encore BEN PIIIIIRE !!!

Évidemment, je saute sur l’occasion pour faire partager ma sagesse sur le sujet (et/ou faire rire de moi)

[Marie] – Je peux honnêtement dire que je suis gênée à mort quand il s’agit de garçon, mais si je peux me permettre un conseil, y’a quand même un moyen de se sortir d’une situation semblable. Tout réside dans le pseudo-anonymat !

gum.jpgJe leur explique alors que l’été d’avant, travaillant loin de chez moi pour la saison et avec un paquet de monde qui niaisait pas mal, je m’étais rendue compte qu’éloignée de mon environnement normal, et dans un « crowd temporaire », j’avais pas mal moins de stress a faire quelques conneries que je ne me serais jamais permis d’habitude ! Tout à coup, je prenais de l’assurance…

C’est comme ca que j’ai eu l’occasion de sortir mon meilleur pick up line à ce jour au gars le plus cute de la place…

[Marie] – J’étais au kiosque d’information, là où le mec travaillait, et je me prends une gomme. Il m’en demande une, j’en ai pas d’autre, alors évidemment, je lance avec un grand sourire : «C’était ma dernière. Si t’en veux une, faudra que tu viennes la chercher.» Sur quoi je quitte pour m’en aller à mon bureau.
[Fille] – !
[Marie] – Deux minutes plus tard, il raplique dans mon bureau et m’annonce qu’il vient chercher ma gomme. Ce qu’il fait.
[Fille] – No way !!!
[Marie] – Yes way. Et il aura quand même eu la classe de m’en apporter une autre le lendemain pour la remplacer. Même méthode de livraison *tousse*.
[Fille] – iiiiiiihihihi ! Voyon donc, je serais incapable de faire un truc pareil !!!
[Marie] – Tout est dans l’attitude. Et d’être sortie de notre cadre habituel nous permet de faire ce genre de truc « pas possible », c’est tout ce que je dis…
[Fille] – Hihihihihi !!!!!

Enfin. Tant mieux si je l’ai fait rire avec mon histoire. Même si j’ai appris (avec un peu de retard !!!) que je parlais à un médecin… qui enseignait aux APP à l’Université de Montréal. Tout à coup, c’était à mon tour de rire…

[Marie] – Hahahaha, faque je pourrais t’avoir comme tuteur la session prochaine ?!?! Hahahahaha

C’est avec des histoires de même qu’on part des rumeurs et qu’on se fait des réputations…

Projets futurs

L’expression « jouer au docteur » est assez out of date.

Mais j’avoue que comme Lars Ulrich (le batteur de Metallica) qui a ramassé sa femme actuelle (qui est médecin !) avec « I’m an incredibly rich rock star, can I buy you a drink », j’me dis qu’il faudrait que j’essaie un jour « I’m an incredibly rich doctor, can I buy you a drink » (et peut être marier un rock star ?!)

Malheureusement, ca voudrait dire que je serais encore foutuement célibataire à la fin de mes études (qui sont loin d’être finies) ce qui serais plutôt poche (sti). Alors je devrais me contenter de « je suis une étudiante en médecine incroyablement endettée, est-ce que tu m’achèterais un verre ? » 😀

Bienvenue aux gros épais (avec assouplisseur)

Ya un patient qui déambule dans l’hôpital depuis le début du stage et qui m’énerve juste à exister. Personne de nous l’a comme patient, alors on sait même pas pourquoi il est là.

C’est le genre de gars qui est gentil avec tout le monde, mais c’est comme pas naturel : c’est too much. Et quand il fait quelque chose qu’il n’a pas le droit de faire, il est trop rapide sur l’excuse à profusion («Pardon Madame, je savais pas que j’avais pas le droit. Je m’excuse, vraiment. Je savais pas. Je le referai pus, promis. Pardon Madame.». J’vous le dis, il est too much. Et il m’énerve.

Évidemment, ca a pas pris 2 semaines qu’il essayait d’être mon ami. J’avais une discussion avec une de mes collègues, alors que nous étions toutes 2 arrivées trop tôt pour notre cours, je lui mentionnais que j’allais rester à la cafétéria pour faire un peu de lecture plutôt que de me rendre tout de suite en classe. Alors que je passe à côté du gars, il m’arrête :

[Le Gars] – Pardon Mademoiselle, je peux vous dire quelque chose ?
[Marie] – Ouiiiiiiiiiiiii ?…
(je suis sérieusement inquiète de ce que celui-là va me sortir…)
[Le Gars] – Je pense que vous faite le bon choix de faire des lectures, c’est très important.
[Marie] – Mais bien suuuuuuuur

Pourquoi c’est toujours sur moi que ca tombe ? C’est écrit « Bienvenue aux gros épais » dans mon front ? (je crois plutôt que je suis incapable de retourner efficacement qqn d’bord !)

Ainsi, il me fait des interventions du genre à chaque fois qu’il me voit. J’ai eu droit à « Je crois que vous allez réussir vos études en médecine, parce que vous lisez beaucoup » à un autre moment donné, et autres trucs du genre. Il doit être ben déçu de voir que ses pick up lines sont sans effet sur moi… Je suis vraiment une sans coeur.

Ce matin, alors que j’étais avec 3 autres de mes collègues, il nous salue, et tout le monde lui répond (ce serait quand même fort impolie de ne pas répondre…). Il revient à la charge :

[Le Gars] – Mademoiselle, Mademoiselle, c’est à vous que je parlais.
[Marie] – Laquelle ? C’est parce qu’on est 2 filles… (tentative de me sauver)
[Le Gars] – Ben vous, c’est à vous que j’ai déjà parlé.
[Marie] – Ah, ben oui hein. Bonne journée là. (Sti)

Évidemment, mes collègues en profitent pour se foutre de ma gueule.

[Mademoiselle 2] – Ouiiiin, j’vois qu’il te lâche pas… (gros sourire)
[Marie] – Que je te voye insinuer quoi que ce soit. La prochaine fois qu’il me salue, je te le présente : «Voici ma collègue C…L… Pis elle te trouve pas mal cute»
[Mademoiselle 2] – Eurk ! tu f’rais pas ca !!!
[Marie] – Hihihi, ca serait tellement chien…

Apologies accepted

J’assistais à une entrevue faite par un médecin, d’un gars qui venais de faire une tentative de suicide. Le patient (avec un lourd passé psy) était à raconter qu’il mangeait vraiment pas beaucoup parce qu’il était vraiment très très important pour lui de ne pas prendre de poids, parce que ça ne serait vraiment pas beau du tout. Ce sur quoi il me regarde moi :

[Le mec] – Ben tsé, j’m’excuse, mais c’est ce que je pense.

Merci pour la considération…

Chambly on the beach

Ma soeur et le beauf’ se sont fait construire à Chambly. Quelque chose de vraiment, vraiment mignon. C’est là qu’ils ont déménagés cet été, et c’est là que j’ai passé quelques jours de vacances pour aider à peinturer.

Il était évidemment de mise, pendant mon « séjour en campagne », que je fasse quelques commentaires désobligeants sur le 450, par principe là… C’était avec peu de conviction pourtant, dieu sait à quel point j’ai hâte de finir mes études pour quitter mon appart en ville !! lol

Après une journée de dur labeur, il est tard, on est pas mal fatigués. Et échevelés. Et habillés tout croche, taches de peinture inclues. Et c’est sur qu’on pue.

mullet.jpgOn s’en va prendre notre souper tard chez Tim Horton. Dans le stationnement, on croise une belle famille dans leur jeep jacké (pour faire du pit de sable ?) le monsieur avec une méga moustache de la mort et ses kids avec des coupes Longueuils. Ca pouvait pas être plus beau comme tableau. Même ma soeur et le beauf’ peuvent pas faire autrement qu’approuver : Chambly, c’est la claaasse !!!

Tout juste avant de partir, je me représente au comptoir dans l’espoir d’avoir un verre d’eau. L’employée n’est pas là et je dois attendre à côté de Champion un autre client, qui porte ses lunettes soleil malgré l’heure tardive…

[Champion – avec son meilleur sourire] – Toi tu viens pas d’ici. Des grandes filles, y’en a pas a Chambly.
Heu, sérieux, c’est ton Pick up line ca ? Avec moi qui a l’air de CA ?!
[Marie] – Heu, non, c’est la première fois que je viens ici. Je connais pas Chambly.
[Champion] – Ah ok, tu reviens de Granby !?
Comment ?!?!  Et c’est moi ou si t’as même un tit-air de gars avec les facultés affaiblies ?
[Marie] – Mouais, c’est ca.  Et je pense surtout pas revenir à Chambly d’ici peu.

Pendant tout ce temps, ya ma soeur qui m’a rejoint, qui est à 2 pieds, qui voit et entend tout ce qui se passe, et qui me sauve absolument pas de ma situation pathétique. Faque tant pis si je viens de te renier tite soeur, mais je vais pas faire croire à Champion qu’il a une chance de me revoir un jour… AU SECOURS !

[Champion – toujours avec ses lunettes] – Faque tu viens boire du café ?
Pitiéééééééé !!!
[Marie] – Haha, non, moi du café à cette heure-ci, c’est trop tard. Je voulais un verre d’eau.
[Champion] – Moi sans café, je pourrais pas tenir cette conversation.
Kess que ce serait, hein…  J’ai bien beau supplier ma soeur des yeux, la fatigue l’empêche de réagir à ma situation de crise… Je vais bien avoir à me sortir subtilement moi-même de mon pétrin.
[Marie] – Eh ben. C’est pas rien, mais on m’attends. Bonne chance hein !

La classe, Chambly, je vous dis…  Ou c’est moi qui est snob là, c’est pas toujours évident.

Marie a un je-ne-sais-quoi

Mes patients « à l’interne » commencent à me reconnaitre. Ca a des avantages et des désavantages.

Ma première rencontre de la journée était un suivi avec un patient connu. Alors que celui-ci quitte, c’est le serrage de main habituel :
crazylove.gif[Patient] – Merci docteur. Merci nurse. (arrive à moi) Ah ! Vous, je vous embrasserais ! Mais j’ai pas le droit !!
[Marie] – Que je te voiye me frencher, maudit vieux schnock, pis j’vais l’dire à ta femme lors de la prochaine réunion de famille, tu vas voière !

Bon, c’est pas vrai que j’ai dit ca. Mais j’aurais pu, vu que le patient avait oublié ses appareils auditifs et qu’il est pas mal sourd. So j’aurais bien pu l’insulter qu’il aurait rien compris anyway 😀

Je vous raconte ca parce que c’est le genre de truc assez classique qui nous arrive d’entendre avec les gens agés qui « désinhibent ». Disons que je vais prendre ca comme un compliment *tousse*. Heureusement que dans son cas, il garde un assez bon jugement pour ne pas passer à l’acte !!!

Et puis heureusement aussi qu’il était pas en train de me regarder le cleavage pendant qu’il disait ca le p’tit maudit, parce que je me serais quand même arrangée pour me faire comprendre.

Y’en a qui savent parler aux femmes
C’est après diner, alors que je suis un peu pressée, que je croise un autre de mes patients dans le corridor. On se salue courtoisement, mais je n’arrive semble-t-il pas à avoir l’air assez pressée à son gout, car il m’arrête :
[Patient] – Pardon Docteure, j’ai une question pour vous. Vous avez terminé vos études ? Vous êtes psychiatre ?
[Marie] – Ah mais non. Je suis encore étudiante en médecine, je suis externe. Ca veut dire que j’ai pas encore décidé quel genre de docteur je veux être.
[Patient] Ah bon. Et votre grand coeur, vous l’avez pris où ?
Hoooooooooonnnnnnnn ! Si c’est tu pas cuuuuuuuuuuuuuuuute !
[Marie] – Hum. Ca doit probablement me venir de mes parents ca Monsieur.

Faque je me sentais cheap de profiter de l’occasion pour me sauver drette là 😀

Je savais pas ce que j’avais aujourd’hui, mais j’avais un effet boeuf sur les hommes de plus de 80 ans. Sti. En tk, juste pour être sure, c’est la dernière fois que je retarde d’un jour de trop mon lavage de cheveux. (Par pure paresse. La paresse est un péché. Ca explique bien des choses…)

*soupir* Est-ce que c’est hypothétiquement trop demandé que d’espérer peut être avoir l’ombre d’un prétendant à peine juste un peu plus intéressant qu’un vieux psychiatrisé ? Je dis ca juss de même.

Une erreur de genre

Non seulement je n’ai pas peur des travaux manuels, mais en plus, j’adoooore ca. Si en prime, je peux avoir les mains vraiment sales (et m’en mettre par hasard dans le visage), ca sera la preuve que j’aurai travaillé très fort. (On peut déjà prévoir que mon patron de chirurgie ne me trouvera pas très professionnelle !! hahaha)

Quand ma soeur m’a proposé de changer avec elle la transmission de ses wipers, c’est avec une très grande joie que j’ai accepté mon baptême de mécanique de char. C’était la première fois que j’avais l’occasion d’ouvrir le capot d’une automobile pour faire autre chose que rajouter du lave-vitre et vérifier l’huile… Elle aussi d’ailleurs.

On s’installe donc confortablement dans la rue en avant de chez moi, capot au soleil, pour l’intervention.

img_4266.jpg

Que 6 vis sur 6 aient été rouillées et figées n’a pas refroidit notre enthousiasme. J’ai fini par les faire sauter une à une (tchequez-moi les biceps ! lol) et il ne m’a fallut qu’une minute pour remonter chez moi, récupérer mon porte-monnaie, afin d’aller faire une petite visite à la quincaillerie, question de remplacer les vis par des neuves.

Alors qu’on était dans la voiture, direction quincaillerie, ma petite soeur me raconte que, pendant ma brève absence, elle a surprit la conversation suivante entre un père et son jeune fils :

[Ti-cul] – Oh papa, regarde, le monsieur répare son auto !
[Papa] – C’est pas un monsieur, c’est une madame. Tu sais, les madames aussi peuvent faire de la mécanique.

Ce qui me fait réaliser tout à coup combien on respire peu la féminité en ce moment. Et c’est connu, c’est souvent dans ce temps-là qu’on croise une vieille connaissance, ou l’homme de sa vie…

[Marie] – Voici le plan : si à la quincaillerie, le gars des vis est cute, tu t’assures de mentionner dans la conversation qu’on est des soeurs.
[Soeurette] – Pourquoi, t’as peur qu’on passe pour un couple de lesbienne ?
[Marie] – Tu peux ben être casée pour penser de même. Moi je suis célibataire, je mets toutes les chances de mon bord, c’est tout. Quand j’aurai un mec, on sortira main-sale dans la main-sale s’acheter des vis pour ton char si tu veux. Pour l’instant, j’voudrais juste pas qu’il pense que je suis en couple. Parce quant à passer pour une lesbienne, au contraire, ca a toujours fasciné les mecs anyway…
[Soeurette] – hehehe

Le coeur sur la main

Je suis à moins de 24 hrs de mon dernier examen. Et de pouvoir me considérer officieusement une externe !

Ma petite soeur, qui fait partie intégrante de ma formation de future médecin, est chez moi et prête comme toujours son corps à la science pour que je révise mes manœuvres d’examen physique pour demain. Est-ce que j’ai pas la meilleure petite soeur au monde ? (bon, à part peut être pour le fait que j’ai aussi la petite soeur la plus chatouilleuse au monde et qu’il est pratiquement impossible de lui palper l’abdomen, hihihi).

Alors que nous étions en train de souper, elle me raconte qu’à sa job, elle a été cédulée pour une formation donnée par un de leurs fournisseurs. Mais que l’instructeur en question est un gars qui nous gardait quand on était jeunes ! Ca allait être drôle de le revoir après toutes ces années ! Ma soeur, parfaitement au courant du fonctionnement des environnements de bureau, et des hommes en général, et toujours dans son esprit de grande générosité, me dit :

[Soeurette] – J’vais m’habiller super sexy pour l’occasion. Comme ca il va pouvoir dire à ses collègues qu’il m’a déjà changé de couche !

Ce sur quoi on rigole, comme d’habitude…

Mais est-ce que c’est pas le meilleur exemple du plus pur don altruiste de soi ? Ma petite soeur est une véritable philanthrope, je vous dis…

Stéphane Archambault, superhéros

16h30, j’appelle ma soeur au bureau :

[Marie] – Au resto ce midi, j’ai vu un gars cute. Devine qui.
[Soeurette] – Stéphane Archambault
Ma soeur et moi, on est tellement sur la même longueur d’onde. Des fois, c’est un peu freaky…
[Marie] – Yaaaaay ! Je savais que t’allais le trouver !! hihihi
[Soeurette] – Y’était-tu avec sa blonde ?
[Marie] – Même pas !
[Soeurette] – Chanceuuuuuuuse ! Yé tellement beau… Même en vrai !
[Marie] – Yessss ! Pis y’avait un p’tit manteau 3/4 avec le col remonté, foulard, et ses p’tits cheveux spiky, hou-là-là !
Aujourd’hui, c’était même pas grave que dehors, il tombe de la pluie et de la neige en même temps, parce qu’aujourd’hui, j’ai vu Stéphane Archambault.

Et messieurs, peut être que vous ne le saviez pas, mais vous avez en Stéphane Archambault un grand allié. Car si cet homme a le super pouvoir d’illuminer un jour où-il-pleut-et-il-neige-en-même-temps, imaginez ce qu’il peut faire pour une « date »… Ca vous inspire une fille ca, monsieur… hm, hm, hmmm.

Pour vous mesdames…

stephane-archambault.jpeg

Water is up and running !

Avec le fort plaisant départ de mon coloc venait la très attendue arrivée de mes nouveaux électros tous neufs. Je m’étais même trouvé un beau p’tit modèle de réfrigérateur avec un distributeur d’eau et de glaçons. Et le beau projet de brancher moi-même ledit réfrigérateur à la source, rien de moins. J’avais en fait eu la brillante idée de brancher le fridge sur le robinet d’eau froide de ma laveuse préalablement splité, qui était à peine à quelques pieds de là. Pour moi, c’était un plan infaillible !

En cette semaine de relâche, je vais donc magasiner les pièces nécessaires, me faisant judicieusement conseiller par le monsieur chez Rona. Finalement, mon plan n’était pas si parfait que ca, et j’ai fait travailler fort fort le monsieur pour qu’il me fasse passer d’un type de tuyau à l’autre. (pfff, c’est tellement plus simple en électricité)

les-pieces.jpeg

Enfin, je m’attaque à la tâche, vêtue d’une paire de jeans un point trop grand, pour afficher avec suffisance un début de craque de fesse (et avec de la chance, détourner le regard de Murphy qui reluquait mon inexpérience…) Le bonheur qu’il y a à travailler de ses mains. Ya rien comme de se tortiller dans un espace exigu, en arrière d’un réfrigérateur, pour installer à bout de bras et à l’aveuglette quelques tours de téflon sur les filets d’un tuyau pour nous faire apprécier le travail bien fait. (Les chirurgiens font probablement la même chose avec votre abdomen, hihihi)

Comme « y’en aura pas de facile », il a fallut que je fasse, défasse, refasse mon maudit montage 3 fois, avant de confirmer qu’il y avait une maudite pièce niaiseuse qui fuyait. Après plusieurs minutes, beaucoup de tours de wise grip, quelques sacres, une pièce changée (et évidemment, un ongle cassé !), le montage passait le test : l’étanchéité, ici, est une vertu…

En fin de soirée, j’avais mes premiers glaçons.

ml-aime-ses-electros.jpeg

Un 4½ tout à moi
J’ai encore rien fait d’intelligent avec la chambre de mon ex-coloc, sauf y mettre le fauteuil rouge que je gardais caché dans ma chambre depuis 1 mois. Éventuellement, ca sera un bureau, ou quelque chose du genre. Mais pour ca, faudrait que je fasse du ménage dans ma chambre et que j’aille chez Ikéa pour me trouver une surface de travail décente des étagères pour entreposer ma sans cesse grandissante collection de livres de nerd. Voici de quoi à l’air mon futur bureau aujourd’hui, avec ma soeur dedans :

cath-bureau.jpeg

2 pour 1
Et pour la même soeur qui doute de ma couleur de cheveux… À la fois, une photo de ma nouvelle cuisine, et de mon nouveau sarrau !

mlfridge.jpeg
(tchequez ca, le fridge est pas encore au niveau ! lol)

Ah, l’amouuuur !

Étudier en médecine, ca demande un engagement certain, évidemment. Beaucoup de lectures, surtout. Faut savoir donner son 110%… C’est pour ca que le jour où on tombe amoureux, c’est un peu le désastre. Vous savez, ces premiers moments où on marche sur un nuage, on perd carrément nos facultés de concentration. En un mot : on devient momentanément con. C’est ce qui m’est arrivé, l’an dernier… Le vrai coup de foudre, ce fléau.

Évidemment pour ceux qui en doutaient encore : j’exagère !! L’amour, y’a rien de tel ! (Quel genre de vieille peau je ferais si je ne croyais plus à tout cela !) Laissez-moi donc vous entretenir de l’anecdote de la coiffe des rotateurs. (Enfin, je doute que l’anecdote soit réellement comique en soit, si ce n’est qu’elle est devenu un classique de la gang à l’école – une inside, finalement)

C’était donc l’an dernier, et comme je disais plus tôt, j’eus le véritable coup de foudre pour un garcon. Je fus d’autant plus troublée par ce fait que je croyais que ce genre de chose n’arrivait qu’aux ados. Tout à coup, le rassemblement de mes pensées était de plus en plus difficile : j’avais une misère singulière à faire mes lectures, mon esprit étant toujours parti à vagabonder vers l’être cher. Quelle plaie !

L’APP était une aussi grande épreuve : j’avais de la difficulté à maintenir mon attention, et mes lectures ayant été sabotées (par nul autre que moi), je faisais mon possible pour garder un low profile afin de ne pas attirer l’attention sur mes capacités affaiblies… Néanmoins, ca n’a pas pris trop de temps pour qu’encore une fois, mon esprit parte à la dérive…

app1.jpeg

Combien de temps ai-je mentalement abandonné mon groupe d’APP ? Avec probablement un sourire beat affiché dans la figure ? (Ri-di-cule, je vous dis) À un moment, ma tutrice, voyant bien que je n’étais pas très à mes affaires, crut bon de m’interrompre dans mes rêveries et me posa une question. À laquelle, étonnamment, j’arrivai à donner une réponse correcte… Mais la manière de donner cette réponse, et le langage corporel venant avec avaient su me trahir : j’étais pas du tout en train de suivre et j’avais l’air de la nouille parfaite !

app2.jpeg

Mes amis ont bien ri de moi ce jour-là. C’était cute, mais c’était aussi la preuve que j’avais perdu une partie de mon intelligence !! Quand mes collègues me prenaient à rêvasser, et qu’on me ramenait à l’ordre, il était évidemment de mise que je clame de manière inélégante « Quoi ?! Coiffe des rotateurs !! » et on rigolait. Ca, c’était la naissance de l’inside joke

Déjà vu
Arrive la fin de session, plus spécifiquement l’examen pratique. Pendant l’examen pratique, nous avons 10 minutes avec le patient pour lui poser toutes les questions et faire l’examen physique en conséquence. Il y a ainsi plusieurs stations, avec plusieurs faux-patients présentant tous des problèmes différents. L’examen pratique représente toujours beaucoup de stress pour les étudiants…

Ma première patiente se plaint d’une douleur à l’épaule. Rapidement, je passe à travers le questionnaire, et comme il se doit, je confirme mon diagnostic par l’examen physique. (on tentera ici de préserver l’anonymat de la patiente)

ecos1.jpeg

Alors que je suis bien concentrée dans mes manoeuvres, la cloche annoncant la fin de la station résonne et la monitrice me demande promptement mon diagnostic !! Arrachée ainsi à mes réflexions, je suis aussi perturbée par la requête ! Mais pas autant que par la réponse, qui me vient tout naturellement :

ecos2.jpeg

[Marie – surprise] – Quoi ?! Coiffe des rotateurs ! Heu… Syndrome de la coiffe des rotateurs Madame.
[Monitrice] – Très bien, merci, vous pouvez y allez.

Avec un sentiment très fort de déjà vu, je me suis demandé si Gab avait répondu la même chose à son examen à lui…

Les 2 Marie…

Depuis le retour en classe de janvier, nous étudions Digestion/Nutrition. D’ailleurs, notre examen final est ce vendredi et tout le monde a peur… (ca nous fait vivre les effets du stress sur les intestins, justement)

Toujours dans le même café que le gars cute de l’autre jour, la nouvelle serveuse était toute sympatique à ma cause, à me voir jour après jour débarquer avec mon énorme livre de référence, le très chic (et très lourd) Harrison’s Principles of Internal Medecine. Ce samedi, nous avons finalement fait plus ample connaissance. Vous l’aurez deviné, elle s’appelle aussi Marie… Elle fait sa maîtrise aux HEC.

[Moi] – J’ai fait une session au HEC aussi, au MBA. On a surement des profs en commun… Y’en avait un qui était vraiment cute là, c’était quoi son nom déjà…
[L’autre] – Laurent Simon ?
Même pas d’hésitation… Elle l’a eu du premier coup !!
[Moi] – Hahaha ! Oui, exactement ! Mium, quel mec… Ben, il était super cool comme prof aussi là… hihihihi
[L’autre] – Hahaha ! En fait, c’est aussi mon directeur de maîtrise !
[Moi] – No way ! Hiiiiiiiiiiiiiiiiiii !! Laurent Simon !!

…un mec super cultivé, vraiment bon pédagogue, drôle. Et le style : même pas besoin d’en parler ! Ce prof, c’est l’équivalent du Dr Latulippe mais aux HEC… c’est tout dire ! Et avec un p’tit look de bad ass en plus… hiiiiiiiiiiihihihiiihiihihi ! J’ai trouvé ceci pour vous mesdames :